Élections européennes : se faire une opinion ?


Le logo du parlement européen

Difficile de se faire une opinion au sein des 34 listes françaises pour les élections européennes, surtout lorsque cette élection européenne n’est abordée que sous un enjeu strictement national, comme je l’évoquais dans mon article de dimanche dernier. En France l’élection des eurodéputés est présentée comme une élection présidentielle de mi-mandat LREM face au RN. Mais au niveau européen les deux partis largement majoritaires sont le PPE (droite) et le S&D (alliance Socialistes et Démocrates), les eurosceptiques sont minoritaires et vont l’être encore plus dans quelques mois avec le départ des eurodéputés du Royaume-Uni. Inversement, l’écologie va probablement faire des scores bien supérieurs à la précédente mandature.

Pour en revenir aux listes françaises et aux méthodes pour se faire une opinion, voici quelques sources d’information : la plus intéressante étant à mon avis la dernière, consistant à comparer ce qu’ont effectivement voté les précédents eurodéputés (on peut raconter n’importe quoi à ses électeurs, mais quand on vote c’est du concret, et il y a des surprises par exemple côté RN).

Ci-dessous :
1) Fonctionnement de l’élection des eurodéputés
2) Le débat des têtes de listes et chefs de partis français
3) Les clips de campagne des 34 listes françaises candidates
4) Les professions de foi
5) Les votes des eurodéputés français sur la précédente mandature

1) Fonctionnement de l’élection des eurodéputés

Les eurodéputés sont élus pour 5 ans par un scrutin proportionnel à un tour.

Je vous recommande cette explication de 2mn30 du commissaire européen Michel Barnier en 2014 sur le fonctionnement de l’Union européenne. D’abord sa structure par États plutôt que Fédéraliste. Ensuite détails sur la Commission européenne et ses deux chambres : Parlement européen et Conseil européen.

Ensuite je vous recommande la page du site Vie Publique sur le fonctionnement détaillé de l’élection qui permet de retrouver les bases, et la page Wikipedia des Élections du parlement européen.

2) Le débat des têtes de listes et chefs de partis français


Les 6 candidats du premier débat (extrait de la vidéo France 2)

Débat en direct avec 15 chefs de parti ou têtes de liste le 23 mai dans « L’Emission politique » diffusée sur France 2, TV5 et France Inter :
– 1er débat : François Bayrou (LREM-MoDem), Marine Le Pen (RN), Laurent Wauquiez (LR), Manon Aubry (LFI), Raphaël Glucksmann (PS-Place publique) et Yannick Jadot (EELV).
– 2ème débat : Jean-Christophe Lagarde (UDI), Francis Lalanne (liste Alliance jaune), Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France), Ian Brossat (PCF), Dominique Bourg (Urgence Ecologie), Guillaume Balas (liste Génération·s de Benoît Hamon), Florian Philippot (Les Patriotes), Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière) et de François Asselineau (UPR).

Les sujets abordés étaient :
– Le pouvoir d’achat,
– La protection de l’environnement,
– La place de la France en Europe et dans le Monde,
– L’immigration.

J’ai regretté la sobriété du débat européen d’il y a une semaine pour la présidence de la Commission européenne qui en comparaison faisait apparait le débat français d’hier soir à la fois désordonné et fallacieux : les deux journalistes ne tenaient pas leurs invités qui se coupaient la parole et tenaient pour la majorité d’entre eux des propos exagérés voire mensongers. Au bout d’un quart d’heure j’ai arrêté de relever les erreurs, il y en avait trop, ne serait-ce que de la part de Marine Le Pen, mais pour les principales des autres intervenants j’ai pu noter :

François Bayrou, 0h15mn : « Il y a des scientifiques qui vous expliquent que diesel et essence, en réalité pour la pollution par les particules fines c’est très proche. Il n’y en a même qui expliquent que l’électricité [ont également] du point de vue du bilan carbone et environnemental des défauts qui sont considérables. Ce qui me manque, c’est l’absence d’une autorité à qui on puisse faire confiance vraiment« .
-> On se croirait revenu 20 ans en arrière, lorsque le diesel polluait moins que l’essence car on omettait le problème des particules fines. Aujourd’hui non seulement le nombre de morts dus aux particules fines ne fait plus débat, mais l’arrêt des ventes de moteurs à combustion, diesel comme essence, est également acté. Dominique Bourg évoquera en seconde partie les propos erronés de François Bayrou, sans le nommer expressément.

Laurent Wauquiez, 0h29m : « La taxe carbone que le gouvernement a décidé de mettre en application en 2018 sur tous ceux qui vont travailler avec leur voiture, elle est toujours là. Le gouvernement et le Président de la République ont soigneusement fait en sorte que lors du Grand débat on l’oublie. Au moment où on a à nouveau une explosion de l’essence et du diesel, tous ceux qui font leur plein doivent le savoir : la taxe carbone décidée par le gouvernement et le Président de la République est toujours en application« .
-> Des propos particulièrement fallacieux. D’abord la taxe carbone a été mise en place en 2014 par Jean-Marc Ayrault et non pas par Edouard Philippe en 2018. Augmentée chaque année, comme prévu par la Loi, elle n’a fait l’objet d’aucune contestation jusqu’au mouvement des Gilets jaunes de fin 2018 qui a gelé l’augmentation pour l’année 2019. Comme l’écrit Le Monde « Si les prix des carburants ont augmenté depuis le début de l’année 2019, ce n’est donc pas à cause de la taxe carbone, comme le laisse entendre Laurent Wauquiez, mais en raison de la hausse des prix du baril de pétrole« . Je ne comprends pas que personne sur le plateau ne corrige ces informations totalement erronées, même pas Yannick Jadot qui intervient pourtant juste après et pour qui la taxe carbone est un élément fondamental !

Dans une moindre mesure, je trouve curieux que Françis Lalane ou Jean-Christophe Lagarde parlent encore de « SMIG » (en 2h30), alors que cela fait 49 ans qu’il a été remplacé par le « SMIC ». Et également en 3h04 l’animateur Thomas Sotto, oubliant qu’il a déjà demandé son avis à Dominique Bourg, lui repose la même question par erreur, et devant l’incompréhension de son interlocuteur esquisse un petit rire moqueur franchement malvenu. Dominique Bourg se contente d’indiquer qu’il a déjà répondu, levant les sourcils en regardant le sol, semblant effaré.

A se demander, pour la majorité des participants, quelle est la part de mensonges assumés et la part d’ignorance des sujets.

De plus, l’absence de réaction des animateurs valide tacitement les propos échangés, ce qui est difficilement acceptable à l’époque de « l’oreillette » où quelques experts en coulisses pourraient immédiatement vérifier les sujets. Je rêve, à côté du compteur en minutes et secondes de chaque orateur, d’un compteur d’erreurs (comme le fait par exemple Le Monde sur son site dans ses « Live »).

Au final, quelques trop rares moments de justesse et de sincérité ne relèvent le niveau d’un débat manquant de tenue et d’exactitude… C’est mon troisième article sur « L’émission politique » (après celle avec Edouard Philippe et celle avec Nicolas Hulot) et je regrette d’en tirer les mêmes conclusions.

Consulter l’intégralité du débat (site France TV Info, vidéo 3h20)
Consulter le résumé des débats (site Le Monde : texte + vidéo 0h08)
Consulter les commentaires et vérifications pendant l’émission (site Le Monde)

 

3) Les clips de campagne des 34 listes candidates


Logo d’introduction des clips de campagne (extrait de la vidéo)

France TV info a regroupé sur une page Les clips de campagne des 34 listes candidates par émissions quotidiennes regroupant 8 clips chacune. Pas très pratique pour accéder à un clip particulier. J’ai pu en trouver sur YouTube. Par ordre alphabétique : France insoumise, Ensemble Patriotes, Ensemble pour le Frexit, La ligne claire, Les Républicains, Liste Esperanto, Parti animaliste, Parti Communiste, Printemps Européen, Pour une Renaissance européenne, Nicolas Dupont-Aignan, Rassemblement national, Urgence écologie.

Mais au final ces clips sont à peine plus informatifs que les déclarations des têtes de liste du débat d’hier soir.

4) Les professions de foi


Les profession de foi papier (photo Godefroy Troude)

En consacrant 30 minutes aux professions de foi expédiées par la Poste, je trouve qu’on a une meilleure vision des positions de l’ensemble des candidats qu’en regardant les clips ou en écoutant le débat télévisé. En lisant calmement les sujets, en classant les feuilles en plusieurs tas, on se repère bien plus facilement.

La liste des candidats et les professions de foi sont accessibles sur le site du ministère de l’intérieur.

5) Les votes des eurodéputés français sur la précédente mandature


Extraits d’analyse de vote du journal Le Monde (montage Godefroy Troude)

Mais probablement le plus intéressant, ce sont les votes des 74 eurodéputés français lors de la précédente mandature. Le journal Le Monde a compilé les votes les plus importants sur la période 2014-2019, regroupés par partis, et c’est passionnant. L’occasion de voir qu’entre les idées exprimées et les votes réels il y a parfois de grands écarts, voire des votes carrément opposés.

Ainsi dans la lutte contre l’immigration, thème fondateur du RN (ex-FN), on constate que ce parti a voté :
– Contre la création d’un budget de 8 milliards d’euros pour sécuriser les frontières,
– Contre l’intensification de la surveillance de l’espace Schengen,
– Contre l’intensification de la surveillance du transport aérien,
– Contre la création d’une agence de garde-frontières renforcée.
Voir les quatre votes sur cette copie d’écran.

Accessoirement, le RN a également voté contre :
– Augmenter la part des énergies renouvelables ,
– Réduire les émissions de gaz à effet de serre à 55% en 2030 et neutralité en 2050,
– Durcir les normes d’émissions CO2 des voitures,
– Durcir les normes d’émissions CO2 des camions,
– Sanctions pénales contre le blanchiment financier,
– Lutter contre les stéréotypes et discriminations,
– Condamnation des dérives sur l’État de droit du gouvernement hongrois,
– Création du parquet européen pour enquêter sur la corruption, fraudes aux subventions, TVA et douanes.

A titre personnel cela m’a surpris. Je vous invite à éplucher cette étude sur le site du Monde et à regarder comment ont voté les partis auxquels vous êtes sensibles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *