Apollo 11 : 9) Interview de Neil Armstrong


1979. Neil Armtrong interviewé par Alain Jérôme (extrait de l’émission « Les dossiers de l’écran »)

En 1979, dix ans après le premier pas sur la Lune, Neil Armstrong était reçu à la télévision française pour une interview en direct de près de deux heures par Alain Jérôme au Palais de la Découverte dans le cadre de l’émission « Les dossiers de l’écran ». C’était l’interview la plus longue accordée par Neil Armstrong à un média français. On y retrouve un Neil Armstrong, humble, mesuré, et plaisant comme à son habitude. L’interview était précédée d’un documentaire de 47 minutes sur Apollo 11.

Retranscription de l’interview ci-dessous.

Complimenté sur le fait qu’il a remarquablement commenté en direct sa mission et décrit les images émises, Alain Jérôme lui demande s’il avait reçu une formation pour cela. Armstrong répond modestement que non, qu’il a fait du mieux qu’il a pu pour ce sujet sensationnel.

– Alain Jérôme : « [Pendant le visionnage du reportage] j’ai cru surprendre de temps en temps des sourires lorsqu’on évoquait des moments amusants. D’ailleurs l’humour ne perd jamais ses droits : lorsque vous décollez de la Lune, vous [annoncez] à la base de Houston « Nous sommes les premiers sur la piste [de décollage] » (rires légers) Mais aussi des moments d’émotion ».

– Neil Armstrong : « C’est exact. [Je précise que] ce film est très bien fait, très beau […] pour célébrer ce dixième anniversaire. Il m’a rappelé beaucoup de choses dont je me souviens très bien et permis de les revivre. »

– Alain Jérôme : « On pense que le moment le plus important pour vous a été celui où vous avez posé le pied sur la Lune après être descendu du LEM. Est-ce bien exact ? »

– Neil Armstrong : « Le moment le plus difficile de l’ensemble de la mission Apollo XI a été la descente vers la surface de la Lune, car nous avions très peu de marge. Tous les systèmes étaient poussés à bout, fonctionnaient à plein rendement, et il y avait beaucoup d’inconnues car cette manœuvre n’avait jamais été faite. En tant que pilote, c’était le plus grand défi auquel j’avais à faire face, car tout pilote aime bien faire un atterrissage en douceur (sourire) ce qui est toujours la partie la plus importante du vol ».

– Alain Jérôme : « N’y voyez aucune malice mais je crois que vous avez quelque peu raté le point cible, d’à peu près 5 km, c’est ça ? »

– Neil Armstrong : « C’est tout à fait exact. Nous avons rencontré toute une série de difficultés. A l’époque nous connaissions mal les variations gravitationnelles de la Lune. Les zones les plus sombres – les mers – ont une densité plus forte que les zones avoisinantes, ce qui fait que les orbites ne sont pas régulières quand on les survole. C’est pour cela que nous n’avons pas atterri au point prévu. Remarquez qu’on en a très vite tiré les enseignements puisque dès Apollo 12 on s’est posé exactement sur la cible, à côté de la sonde Surveyor envoyée 2 ans auparavant. »

– Alain Jérôme : « On a beaucoup parlé de cette phrase qu’on a entendu dans le film. C’est une responsabilité historique que de dire « Un petit pas pour un homme mais un bond de géant pour l’Humanité ». L’aviez-vous répété avant la sortie ? »

– Neil Armstrong : « Je n’avais rien préparé avant. Ce n’est qu’après l’alunissage que je me suis demandé ce qu’il faudrait que je dise une fois sur le sol Lunaire. Nous nous sommes heurtés à une série de difficultés après l’alunissage, principalement le problème de la dépressurisation, qui nous a pris plus de temps que prévu. Aussi pendant ces minutes je me suis demandé ce qu’il fallait que je dise, et j’en ai profité pour réfléchir à une phrase pendant cette période d’attente, qui était un moment inoubliable. »

– Alain Jérôme : « Vous souvenez vous du moment de la descente ? A quoi avez-vous pensé ? »

– Neil Armstrong : « J’ai un souvenir très précis de la descente de l’échelle. La première chose à faire était d’abaisser la plateforme permettant de prendre des images, même si nous ne pensions pas que la caméra de télévision fonctionnerait. Nous n’avions jamais réussi sur Terre à bien faire fonctionner la caméra, donc nous pensions pas que l’image serait bonne, à 400 000 km de la Terre. Finalement les ingénieurs ont réussi et je peux vous assurer que les plus étonnés que cela fonctionne, c’était nous, sur la Lune ! »

– Alain Jérôme : « Lorsque vous descendiez de l’échelle du LEM il était à peu près 3 à 4 heures du matin en France, beaucoup d’entre nous avaient mis leur réveil, s’étaient levés et avaient allumé la télévision qui transmettait [vos images en direct]. Je dois dire que cela a été bouleversant, et de vous voir là avec nous ce soir est quelque chose d’extraordinaire, et que ceux qui suivent cette émission [en direct] en ce moment partagent ces sentiments. »

(Question des téléspectateurs, avec énormément de témoignages de sympathie, d’admiration et de félicitations)

– Standard téléphonique : [Une téléspectatrice indique] « Lorsque j’ai vu Neil Armstrong [en direct] sur la Lune j’ai trouvé cela tellement beau que j’ai réveillé mon enfant et me suis mis sur le pas de la porte pour voir en même temps la Lune et l’émission. Je me suis demandé si la femme de M. Armstrong l’avait fait également. »

– Neil Armstrong : « Oui bien sûr ! Mes enfants ont suivi chaque instant de la mission. Ils ont reçu des renseignements très précis. Ils avaient plus confiance en moi que je n’avais confiance en moi-même d’ailleurs. Le plus jeune avait 6 ans et l’aîné 12 ans. »

– Alain Jérôme : « Étaient-ils intéressés ? Se rendaient-ils compte que c’était leur père qui marchait sur la Lune ? »

– Neil Armstrong : « Je crois que oui. Mais je ne suis pas certain qu’ils aient été si impressionnés que cela. Je crois, tout bien réfléchi qu’ils étaient plutôt déçus que je n’ai pas été un grand joueur de football ! »

– Standard téléphonique : « Avez-vous la Terre bleue comme on la voit en photo ? »

– Neil Armstrong : « Oui bien sûr. Voir la Terre est un spectacle remarquable, très beau. C’est une planète bleue-foncé entourée de dentelle blanche de nuages qui ressort devant un fond noir. Les photographies en donnent une vision approximative, mais c’est plus spectaculaire quand on la voit avec ses propres yeux. »

– Alain Jérôme : « Certains ne croient pas à l’aventure spatiale. Un [téléspectateur] croit que c’est un canular. Avez-vous ce genre de réaction aux États-Unis ? »

– Neil Armstrong : « Oh que oui ! Il y a dans le monde entier des gens qui soupçonnent toujours leur prochain, qui pensent que tout le projet Apollo a été un canular. Je respecte leur avis bien sûr. Ils croient que je suis un acteur (rire). »

– Standard téléphonique : « Croyez-vous qu’il y ait de la vie sur la Lune ? »

– Neil Armstrong : « Alunir [sur une planète] où jamais aucun être vivant n’est allé est une expérience unique en son genre et irréelle. J’aurai pris le plus grand plaisir à voir quelque chose de familier : un lapin par exemple, ou un buisson ou une canette de bière vide (sourire). Mais il n’y avait absolument rien. C’est un endroit désolé, un désert de roche et de sable. On pourrait s’attendre dans [un tel lieu] à un sentiment d’isolement et de solitude. Mais il n’en était rien : nous avions des liaisons radio, nous parlions avec nos amis sur la Terre qui étaient passionnés par notre expérience, parce que nous racontions ce que nous voyions. Nous ne sommes pas allés partout sur la Lune. [Avec les 6 missions Apollo] nous ne sommes allés qu’en 6 endroits et nous n’y avons pas vu la preuve d’existence d’être vivants. Aussi pour certains qui croient qu’il existe de la vie sur la Lune, il reste encore des endroits inexplorés et ils peuvent avoir de l’espoir (sourire). »

– Alain Jérôme : « Mais vous êtes un scientifique, un rationnel, vous saviez bien qu’en arrivant sur la Lune vous n’auriez guère d’espoir d’y trouver des êtres vivants… »

– Neil Armstrong : « Effectivement (il est plus sérieux), on ne s’attendait pas à y voir quoi que ce soit de vivant. Nos connaissances scientifiques disent que dans notre système solaire il ne semble y avoir de vie que sur Terre. Ce qui bien sûr ne signifie pas qu’il n’y a pas de vie ailleurs dans l’Univers. Mais il semble toutefois que dans notre petit coin à nous de la création universelle, nous sommes les seuls occupants pour le moment (sourire). »

– Alain Jérôme : « Certains croient que vous avez rencontré des OVNIs mais que vous avez des ordres formels de ne pas en parler. »

– Neil Armstrong : « On a souvent signalé que des gens rencontraient des OVNIs à proximité d’Apollo 11 et des autres vols également. Et bien… Nous avons vu quelque chose ! (Sourire) Nous avons vu quelque chose alors que nous allions vers la Lune, comme un clignotant le long de notre trajectoire. Les scientifiques nous ont dit qu’il s’agissait incontestablement soit du troisième étage de Saturn qui nous accompagnait vers la Lune sur une trajectoire parallèle, soit de l’un de ces grands panneaux [largués] abritant le LEM. Il nous a accompagné pendant un certain temps sur une trajectoire parallèle. Or un panneau blanc qui tourbillonne dans l’espace, éclairé par le soleil, peut effectivement donner dans l’espace cet aspect clignotant que nous avons observé. J’en suis persuadé. C’était les seuls objets non identifiés que nous avons vus. »

– Alain Jérôme : « Mais ne pensez-vous pas que les OVNIs pourraient exister ? »

– Neil Armstrong : « Je suis un agnostique en matière d’OVNIs. Je n’y crois pas mais je serai ravi qu’on m’en montre un ! (sourire) Jamais je n’ai eu de preuve qu’il en existe. »

– Alain Jérôme : « Avez-vous envisagé une panne empêchant le retour ? »

– Neil Armstrong : « Tout d’abord nous étions très étonnés que tout ait si bien marché. Car durant notre formation tout avait été fait pour que nous affrontions des imprévus, des situations graves et inattendues. Nous nous attendions à avoir 15 problèmes simultanés. Alors quand nous avons quitté la Terre et que tout s’est bien passé, je ne savais pas si je devais m’en réjouir ou être méfiant (sourire). J’avais le sentiment que nous avions une chance inouïe. Au cours d’un vol lunaire classique, on s’attendait à environ mille pannes, et nous n’en avons eu qu’une centaine. Je pense que [cette fiabilité] est due au fait que tous ceux qui ont participé au projet étaient tellement passionnés et motivés qu’ils ont fait un travail merveilleux. »

– Alain Jérôme (1h09) : « Mais au redécollage de la Lune ? Ne pouvait-il pas y avoir un incident ? »

– Neil Armstrong : « Il est évident que c’était préoccupant. J’y pensais depuis des années. Je connaissais bien le vaisseau spatial, mais je connaissais surtout le système de mise à feu pour quitter la Lune ! (sourire). Et ceci est vrai aussi pour mon collègue Buzz. Mais tout à marché comme prévu. Nous avons regretté le moment du départ. Nous aurions aimé passer plus de temps sur la Lune, pour parcourir les distances qui étaient prévues, prendre les échantillons prévus. Nous avons eu l’impression en partant que nous n’avions pas fait tout ce que nous voulions faire. Mais c’est toujours agréable de rentrer chez soi même si nous étions triste de partir. »

– Alain Jérôme : « Vous auriez aimé y retourner ? »

– Neil Armstrong : « Ah oui, certainement ! J’ai laissé un certain nombre de choses là-haut et j’aimerai voir comment ça tourne. »

– Alain Jérôme : « Vous dites lorsque vous conversiez avec le président Nixon que vous avez eu le sentiment de représenter les États-Unis mais également tous les hommes de bonne volonté. »

– Neil Armstrong : « Oui, c’est un sentiment très profond, tout au long des préparatifs pour le vol. Nous avons reçu des lettres de quantités de gens dans le monde, nous souhaitant bon voyage. Pas uniquement des amis, mais des inconnus du monde entier. Nous avions l’impression au fond de ne pas avoir d’ennemi. Personne n’était contre ce que nous essayions de faire. Tout le monde souhaitait la réussite de la mission. C’était une situation assez rare et très agréable. »

– Alain Jérôme : « Vous avez emmené des objets ? Certains à la demande de la NASA (médailles commémoratives, de cosmonautes soviétiques par exemple) mais aussi d’autres objets personnels… Quels genres d’objets ? »

– Neil Armstrong : « Oui, sur tous les vols, chaque membre d’équipage avait un tout petit bagage autorisé, pour son usage personnel. Nous avons effectivement laissé un certains nombre de choses sur place, médailles commémoratives pour les astronautes américains et soviétiques décédés. L’insigne de notre mission, on le voit ici sur la photo du scaphandre de Buzz était un aigle qui atterrit sur la Lune avec un rameau d’olivier pour montrer qu’il s’agissait d’une mission pacifique. C’était peut-être dans toute l’histoire de l’Humanité la première mission d’exploration dans l’inconnu qui soit sans arme, totalement sans arme, une mission entièrement pacifique. »

– Alain Jérôme : « Il faut néanmoins se souvenir du contexte de l’époque et de la concurrence USA-URSS. Ces missions n’étaient-elles pas faites dans un sens de propagande ? »

– Neil Armstrong : « Il y avait évidemment une compétition, une course à l’espace, pour l’Union Soviétique comme les États-Unis, pour attirer le reste du monde par sa technologie. C’était certainement vrai pour les pouvoirs publics. Mais ce n’était pas notre objectif en tant que membres de l’équipage. Nous avions une mission extraordinaire, un objectif comme on en n’avait jamais vu et nous avions une grande chance d’y participer. Pour nous c’est un merveilleux exemple de compétition pacifique entre nations pour le bien de tous. »

– Standard téléphonique : « Les téléspectateurs ont l’impression que Neil Armstrong n’est pas un humain, qu’il n’a pas eu peur. Ils se demandent également si vous êtes resté le même homme après ce voyage. »

– Neil Armstrong : « Il y a 3 niveaux de crainte : l’appréhension, la crainte, et la panique.
Nous n’avions pas le luxe de nous permettre de paniquer, car cela aurait fait échouer la mission.
La crainte était peu dangereuse car nous avions une préparation très poussée.
L’appréhension, là c’est un niveau tolérable, c’est sain, et là je peux vous assurer que j’en avais une bonne dose ! (Sourire).
Lors du compte à rebours du décollage je n’avais pas vraiment d’appréhension. Nous étions bien formé pour cela. J’en ai plutôt eu lors de l’alunissage, puis lors du décollage de la Lune (pour le rendez-vous en orbite lunaire), puis l’amarrage des deux vaisseaux, et enfin la rentrée dans l’atmosphère terrestre où si quelque chose ne marche pas on n’a plus de temps pour en parler ou réparer quoi que ce soit.
Notre formation de pilotes d’essai nous a été utile, nous étions habitués à prendre des risques et noter tout ce qui se passait. Mais en exagérant un peu je pourrais dire que des personnes sans notre entrainement auraient pu y arriver aussi. »


Neil Armstrong (extrait de l’émission « Les dossiers de l’écran »)

– Alain Jérôme : « Vous considérez-vous comme un homme différent depuis le 21 juillet 1969 ? Vous et vos compagnons. Est-qu’on change après avoir vu la Terre depuis la Lune ? »

– Neil Armstrong : « Je crois que oui. Chaque personne qui a vu la Terre de loin, dans son ensemble, voit les choses différemment, dans une perspective nouvelle et puissante, qui ne sera plus jamais effacée de leur esprit. Leur esprit se modifie. En bien d’ailleurs ! Je pense qu’à l’avenir il y aura beaucoup de gens du monde entier – et j’espère des chefs politiques – qui auront cette possibilité. Mais sur un plan personnel je ne pense pas que cela ne m’ait beaucoup changé, mais peut-être ne suis-je pas bien placé pour me juger, et que je serai mieux jugé par autrui. »

– Alain Jérôme : « Avez-vous une philosophie différente ? »

– Neil Armstrong : (1h25) « Peut-être. Lorsqu’on regarde la Terre de très loin, qu’on voit à quelle point elle est petite, on peut avoir le sentiment qu’il s’agit d’une partie de l’Univers tout à fait secondaire, petite, sans importance. Mais parmi tous les astronautes avec lesquels j’ai pu bavarder, notre sentiment général était exactement le contraire. Elle est si petite, si éloignée, si fragile, qu’elle exige de nous tous les plus grands efforts possibles pour la protéger. Car c’est le seul foyer confortable que nous ayons tous et il faut faire tout notre possible pour le sauvegarder. »

– Standard téléphonique : « Votre organisme a-t-il été modifié après le vol ? »

– Neil Armstrong : « Oui, de façon assez semblable à ce que ressent un malade hospitalisé, alité assez longtemps. Ces changements sont dus principalement à l’apesanteur qui est particulièrement agréable pour l’organisme puisqu’il n’a plus le fardeau [de se soutenir] et par conséquent certains organes comme le système cardio-vasculaire deviennent paresseux et n’ont plus envie de travailler. Ils s’amollissent. Et plus sera long le vol spatial et plus ces atrophies seront marquées. Les cosmonautes, les astronautes, doivent entraîner davantage [leur cœur] et leur muscles de façon à ce que cette atrophie soit évitée. Mais ces modifications semblent réversibles [au retour sur Terre] : au bout de quelques jours et quelques semaines, nous sommes revenus à la normale. Plus le vol est long et plus ces modifications sont marquées. »

– Alain Jérôme : « Subissez-vous toujours 10 ans après des examens de contrôle ? »

– Neil Armstrong : « Oui, bien sûr. Chaque astronaute subit un examen médical chaque année. Les données sont cumulées, corroborés, et jusqu’ici [nous ne décelons] aucun changement durable.
Au niveau psychique c’est un peu différent : quelques cas de difficultés psychologiques sont apparues. Mais elles ne semblent pas être le résultat du vol lui-même et plus certainement des pressions exercées sur Terre après le vol. »

– Alain Jérôme : « Quelles genres de pressions ? »

– Neil Armstrong : « Des demandes de toutes sortes qui vous sont adressées. On vous demande de participer à telle ou telle émission, ou œuvres de bienfaisance, répondre à du courrier, académies, organismes religieux, industriels… »

– Alain Jérôme : « Que font les astronautes aujourd’hui ? Vous êtes aujourd’hui professeur dans une université de Cincinatti… »

– Neil Armstrong : « Certains continuent de travailler pour la NASA comme John Young, qui est de ma promotion et devrait être le premier commandant de la Navette spatiale qui partira prochainement, ou encore Alan Bean. D’autres sont principalement dans l’industrie comme directeurs généraux ou cadres. Certains sont retournés dans la vie militaire. »

– Alain Jérôme : « Avez-vous l’impression d’être un homme important aux États-Unis ? »

– Neil Armstrong : « Je crois qu’on nous considère comme des gens ayant vécu une expérience extraordinaire, que le programme a été un succès, et que nous y avons tenu notre rôle. Il y a eu beaucoup d’enthousiasme parmi les jeunes, et je suis heureux que beaucoup s’intéressent encore aux activités spatiales. Les astronefs de demain auront besoin d’eux. »

– Standard téléphonique : « Les astronautes ont-ils eu des enfants après leur retour sur Terre ? »

– Neil Armstrong : « Oui, plusieurs. Je pense à Jim Mc David, et en Union Soviétique Valentina Terechkova. A ma connaissance les enfants se portent bien et sont tout à fait normaux. »

– Standard téléphonique : « L’équipe d’Apollo 11 s’entendait-elle bien ? Collins restant seul en orbite, et le choix d’Aldrin comme second : n’ont-ils pas été frustrés ? »

– Neil Armstrong : « J’ai eu de longues conversations avec Michael Collins et je ne crois pas qu’il ait eu de frustrations en restant en orbite autour de la Lune. C’était une responsabilité de la plus haute importance, passant une grande partie du temps derrière la Lune sans communication radio, sans aucune aide possible. Avoir à piloter seul un vaisseau si complexe avec des expériences à réaliser, était un travail extrêmement important, vital pour la mission. Nous avons chacun eu le sentiment d’effectuer un travail d’égale importance.
En ce qui concerne Aldrin et savoir qui poserait le pied sur la Lune en premier, là c’était une considération purement technique qui a joué, la procédure était conçue pour offrir les meilleures garanties de sécurité. Et elle a d’ailleurs été reprise dans tous les vols suivants. »

– Alain Jérôme : (1h37) « La procédure aurait-elle pu admettre qu’Aldrin descende avant vous ? »

– Neil Armstrong : « C’était d’ailleurs le plan initial. Mais on a essayé plusieurs fois et ce n’était pas très satisfaisant : il fallait changer de position à l’intérieur du compartiment avec les scaphandres sous pression, nous avons essayé plusieurs fois et nous avons du renoncer car cela représentait un danger. Contrairement à ce qu’on a pu dire, il ne s’agissait pas de savoir qui sortirait en premier mais de définir techniquement la meilleure solution. »

– Alain Jérôme : « Comment a été choisi l’équipage d’Apollo 11 ? Définir qui doit s’entraîner et voler ensemble ? »

– Neil Armstrong : « Le nombre d’équipiers possible était assez limité car il fallait pour chaque vol l’équipage [principal], l’équipage de secours et l’équipage de soutien, soit 9 personnes par mission. En plus on avait 3 vols en préparation à un moment donné, soit 27 personnes. A l’époque il n’y avait guère d’effectifs supplémentaires. Nous étions à peu près au maximum de nos possibilités.
Ensuite – beaucoup de gens ne le savent pas – lorsqu’une équipe est affectée à un vol, son objectif n’est pas encore déterminé. Par exemple Buzz Aldrin et moi-même faisions partie de l’équipe de secours d’Apollo 8 [qui devait pour la première la fois] orbiter autour de la Lune, en 1968. Et tout de suite après on nous a demandé si on voulait participer à Apollo 11 car il n’y avait personne d’autre. On ne connaissait pas l’objectif d’Apollo 11. Nous ne savions pas que nous allions alunir. Le module lunaire n’avait jamais volé, il n’y avait jamais eu d’opération de rendez-vous, et le seul vol vers la Lune était Apollo 8, il y avait des quantités de choses à mettre au point avant d’aller sur la Lune. Énormément d’inconnues. Il se trouve que le premier vol qui a fait l’alunissage était Apollo 11, mais cela aurait très bien pu être Apollo 12 ou Apollo 13. »

– Alain Jérôme : (1h42) « La compétition avec l’Union Soviétique vous obligeait à accélérer et au départ le responsable d’Apollo 11 n’était pas optimiste sur le succès de cette mission… »

– Neil Armstrong : « C’est exact. [On savait que l’engagement de Kennedy était la fin de la décennie]. Nous n’étions pas en compétition avec les soviétiques mais avec notre propre engagement en quelque sorte. »

– Standard téléphonique : (1h44) (la présence de l’homme était elle nécessaire ou si des machines n’auraient pas suffit ?) « Les ordinateurs de Houston n’auraient-ils pas pu poser le LEM sans vous ? »

– Neil Armstrong : « [Les États-Unis et l’URSS ont envoyé des sondes automatiques sur la Lune qui ont fourni des données très importantes. D’ailleurs] nous n’aurions pu atterrir sans elles. Mais la Mission Apollo était conçue de cette façon et nécessitait la présence d’hommes pour le pilotage. Je ne vous cache pas que je n’aurai pas aimé être passager d’un système complètement automatique (sourire). Les résultats d’Apollo sont bien plus riches que ceux des sondes. Il faut les deux. Des sondes envoyées en éclaireur, puis ensuite des hommes pour faire un travail plus complet. Marcher sur la Lune c’est un défi pour l’espèce, c’est le symbole de la réussite de notre espèce. »

– Standard téléphonique : (1h48) « Beaucoup d’invitation à déjeuner ou à dîner pour M. Armstrong… Est-ce que vous croyez en Dieu, et est-ce que Apollo 11 a modifié vos sentiments religieux ? »

– Neil Armstrong : « À ma connaissance, les vols spatiaux n’ont jamais modifié les sentiments religieux. Je suis croyant. Je pense que la façon dont notre planète est organisée, la façon dont elle se déplace, les rapports entre les causes et les effets, apportent des preuves abondantes de l’existence d’un ordre suprême. »

– Standard téléphonique : « Quelle est votre vie quotidienne, vos rapports avec vos élèves ? »

– Neil Armstrong : « Je prends le plus vif plaisir à enseigner en Université depuis 8 ans. J’estime que l’enthousiasme, la vigueur, le sens de l’humour de mes étudiants sont incontestablement très réconfortants pour moi. Je vis à la campagne dans une ferme. »

(1h51 Bug coupure vidéo, une partie de l’interview est manquante)

– Alain Jérôme : « Êtes-vous un homme important, reconnu officiellement comme tel ? Est-ce que le gouvernement vous a versé une pension ou une retraite, ou êtes vous comme tous les autres mortels un fonctionnaire comme un autre ? »

– Neil Armstrong : 1h53 (très humble). « Je suis un mortel comme les autres, je ne jouis d’aucun privilège particulier, je ne touche pas de prime de retraite anticipée ni de prime de pension de la part du gouvernement. Néanmoins nous avons été amplement honorés par le gouvernement et d’autres organismes, pas tellement nous en tant qu’êtres humains, mais en tant qu’êtres qui représentent et personnifient le succès d’un projet. Nous avons été la représentation de centaine de milliers de personnes qui elles aussi ont contribué à ce succès. C’est là une chose qui est largement suffisante (sourire radieux). »

– Standard téléphonique : (n’êtes-vous pas tenté par une carrière politique ?)

– Neil Armstrong : « Non, je n’y ai jamais songé et n’ai jamais été attiré par une carrière politique. J’admire ceux qui sont en politique, qui acceptent de telles responsabilités, honnêtement, avec énergie et vigueur. C’est probablement l’une des vocations les plus élevées, les plus hautes, auxquelles on puisse aspirer. J’imagine que les caractéristiques d’un homme politique valable c’est principalement de pouvoir juger et d’arriver aux solutions les meilleures, mais peut-être suis-je trop idéaliste pour me contenter de solutions de compromis, et c’est peut-être la raison pour laquelle je n’ai jamais été attiré par la carrière politique. »

– Standard téléphonique : (1h55) « Une mère de famille trouve que votre voyage sur la Lune a arrêté le processus de vieillissement chez vous, car depuis dix ans vous n’avez pas changé (large sourire gêné d’Armstrong). C’est une mère de famille… Donc ce n’est pas un demande en mariage… Il est vrai qu’entre les photos lors de la mission Apollo 11 et aujourd’hui il n’y a pas différence ! »

– Neil Armstrong (gêné) : « Je vous remercie, vous et la dame française qui m’a si aimablement dit ces choses. Elle a été aussi aimable que le sont toujours les français et je suis ravi d’entendre des paroles de ce genre. [Selon la théorie d’Einstein] s’il y a eu une modification dans mon vieillissement ce n’est que de l’ordre de quelques fractions de secondes pour la période en question. En tout cas moi je n’ai rien remarqué et je ne me sens ni plus jeune ni plus vieux que ce que je devrais être. (sourire) »

– Alain Jérôme : « Existe t-il un club ou une association d’astronautes ? »

– Neil Armstrong : « Entre astronautes nous nous voyons chaque année, un peu plus avec Michael Collins qui est à Washington… mais il n’y pas d’association des anciens astronautes.e

– Alain Jérôme : « Avez-vous une nostalgie pour cette fantastique aventure ? L’espace semble aujourd’hui moins en pointe qu’il ne l’a été. Ne regrettez-vous pas un temps révolu ? »

– Neil Armstrong : « Oui, j’éprouve de la nostalgie à propos du passé. Ce furent des années cruciales pour moi. Nous nous sommes follement amusés. »

– Alain Jérôme : « Mais sur un plan politique, n’êtes vous pas attristé des diminutions des crédits du gouvernement ? »

– Neil Armstrong : « Oui, dans une certaine mesure c’est vrai. Mais il y a encore beaucoup de projets en cours, la navette spatiale, Spacelab… »

– Alain Jérôme : « On a cessé pratiquement de s’intéresser à la Lune à la NASA… »

– Neil Armstrong : « Oui, c’est vrai, toutefois nous avons accumulé assez de données et d’échantillons pour avoir du travail pour nos chercheurs pendant des années. Mais il est probable qu’à un moment où à un autre on verra l’intérêt s’éveiller à nouveau pour un retour vers la Lune. »

– Alain Jérôme (2h04) (montrant un petit échantillon de pierre de Lune offert par Nixon) : « Certains disent que tout ceci n’a pas servi à grand chose et à coûté très cher. »

– Neil Armstrong : « Ce qu’on trouve sur la Lune n’est peut être pas passionnant pour un biologiste ou un botaniste. Mais un géologue ou un métallurgiste par contre se passionne pour ce qu’on a trouvé. Des minéraux qui seront peut être du plus grand intérêt pour des opérations minières, pas pour les rapporter sur Terre mais plutôt pour des éléments destinés à l’espace, cela coûterait beaucoup moins cher de les faire venir de la Lune que de la Terre. On verra plus tard. Mois j’ai trouvé cela passionnant et du plus grand intérêt. On sait infiniment plus de choses aujourd’hui qu’il y a dix ans. La connaissance est le fondement même de tout progrès humain. A terme, je suis convaincu que cela se révèlera payant d’innombrables façons. »

– Standard téléphonique (2h05) : « Quelles hypothèses de formation de la Lune ? »

– Neil Armstrong : « Il semble vraisemblable que la Lune n’ait jamais fait partie de la Terre. Il est possible qu’elle ait capturée par la Terre ou encore que la terre et la Lune aient été créées au même moment à partir d’un même nuage de matière. »

– Standard téléphonique : « Pouvez-vous tirer un bilan des retombées civiles du programme Apollo ? »

– Neil Armstrong (2h09) : « La NASA a publié un ouvrage avec ces retombées dans notre vie de tous les jours, et créé un service pour répondre aux entreprises. »

– Alain Jérôme : « Et les retombées militaires ? »

– Neil Armstrong : « Je ne pense pas qu’Apollo ait fourni grand choses sur le plan militaire. Mais la paix sur Terre a été favorisé par les satellites d’observation, qui ont freiné la course aux armements. Il faut remonter 20 ans en arrière et se rappeler du contexte de la Guerre froide, pour se souvenir de la situation précaire dans laquelle nous étions. Il est tout à fait concevable que cela ait pu donner une troisième guerre mondiale, et avec les armes actuelles on voit bien ce que cela aurait pu donner, avec même une extinction totale [de l’humanité]. Alors je crois qu’on peut dire que ce qui a été fait dans l’espace a très certainement permis de sauver la paix. »

– Alain Jérôme : « Avez-vous des contacts avec des soviétiques ? »

– Neil Armstrong (2h13) : « Oui, j’ai de bons amis. nous avons des liens très forts. Nos problèmes sont les mêmes, comme pour des joueurs de tennis ou des physiciens. Il y a une forme de supra-nationalité qui s’étend au fur et à mesure que de plus en plus de pays participent à l’espace. Bien que la course à l’espace soit née d’intérêts nationaux, je pense que tout ce qui s’est produit depuis a plutôt eu tendance à rapprocher les peuples. »

– Standard téléphonique (2h15) : « Pourquoi a t-on planté le drapeau américain et non celui de l’ONU représentant l’ensemble de la planète ? »

– Neil Armstrong : « La décision n’a pas été prise par moi mais par le congrès américain. Différentes propositions avaient été faites, et il a été décidé que bien qu’aucune revendication territoriale n’accompagnerait cette mission, néanmoins le drapeau américain serait planté pour représenter le pays ayant mené à bien cette expédition, et qu’on emporterait au cours de la mission des drapeaux de tous les autres pays, qui seraient rendus à leur pays d’origine, et c’est ce qui a été fait. »

– Standard téléphonique : « On parle de bêtise pour Skylab qui risquerait de tomber sur Terre. Est-ce que cela vous paraît sévère comme jugement ? » [Note du 26/06/2019 : la station orbitale américaine Skylab était à l’époque en perte d’altitude et le programme des navettes spatiales ayant pris du retard, il n’était pas possible de rehausser l’orbite de la station qu’on s’attendait à voir retomber sur Terre d’un jour à l’autre).

– Neil Armstrong : « Je ne suis pas d’accord pour dire qu’il s’agisse d’une bêtise. Skylab est une expérience passionnante qui a très bien marché. Néanmoins je reconnais qu’il aurait été préférable que Skylab soit maintenu en orbite et qu’il ne retombe pas sur Terre afin d’être utilisé pour d’autres missions. Cela aurait été possible si vous avions maintenu un programme de vol habité ces dernières années, mais nous n’avions pas le financement nécessaire. Fixer des moteurs pour rehausser une orbite, voilà précisément ce que l’homme peut faire et pas la machine. »

– Alain Jérôme : « Il y a dans votre voix un regret, presque un reproche : on a arrêté les vols habités. Si on ne les avait pas arrêtés, on aurait pu garder Skylab sur orbite. C’est un peu un reproche, non ? »

– Neil Armstrong : « Oui, si vous voulez. J’ai toujours préconisé la poursuite des vols habités. Cela dit, je ne voudrais pas que vous pensiez que j’estime que Skylab est dangereux. Un accident est évidemment toujours possible, mais statistiquement la probabilité d’une chute avec des conséquences graves est très faible. Après tout il y a énormément d’objets qui chaque jour tombent à la surface de la Terre (des météores, des météorites, de causes naturelles) et qui peuvent naturellement faire beaucoup de mal à un individu en cas d’impact mais on n’entend pas tellement parler de ce genre de choses. […] La prévision actuelle la plus précise [pour la retombée au sol de Skylab], prévision affinée en continu par ordinateur à partir de l’observation des dernières orbites, est demain 18h02 heure de Paris dans l’océan Atlantique sud. Mais il est parfaitement possible qu’il y ait un décalage, c’est à une ou deux orbites près. C’est un peu comme prévoir la trajectoire de la bille de la roulette. Soyez surs d’une chose : ceux qui ont la responsabilité de ces calculs sont tout à fait sérieux. Que les téléspectateurs soient sereins. Je ne suis pas inquiet non plus. Les probabilités d’impacts dangereux sont infimes. Nous pouvons être absolument certains qu’il y a beaucoup plus de gens qui mourront dans des accidents automobiles demain que du fait de Skylab. »

– Standard téléphonique : « L’entraînement des astronautes passionne les téléspectateurs. Il a dû être très dur, comment s’est-il passé, avez-vous été préparé mentalement ? »

– Neil Armstrong : (il répond en commentant en direct des images sur l’entraînement des astronautes, dont plusieurs femmes) « A l’époque où je volais il n’y avait pas de femme dans les équipages des vaisseaux. Elles n’étaient bien sûr pas interdites, elles étaient les bienvenues, mais aucune n’avait été qualifiée jusqu’aux tests les plus récents il y a un an et demi. »

– Alain Jérôme : « Vous êtes contre les femmes dans les vols spatiaux ? »

– Neil Armstrong : « Non, pas du tout ! Je pense qu’elles nous apportent des services particulièrement précieux et faire de l’excellent travail, et sont tout à fait qualifiées pour un certain nombre de tâches » (commentaire sur des images d’entraînement à l’amerrissage, puis dans un avion en vol parabolique, puis dans une piscine).

– Alain Jérôme : « Vous nous aviez dit qu’il y avait environ une trentaine d’astronautes, entre les équipages principaux, les équipages de secours, etc. Y’avait-il un grand pourcentage d’éliminés par rapport aux candidats de départ ? »

– Neil Armstrong : « Non, relativement peu [en raison des procédures de sélection initiales. Il ne s’agissait pas de prédire ce qu’ils pourraient faire mais simplement de constater ce qu’ils avaient déjà fait], tant dans le domaine du aéronautique que scientifique. Par exemple s’il faut prouver que l’on n’est pas claustrophobe, on ne se pose pas la question pour un pilote d’avion à réaction. Certains ont certes quitté l’entrainement pour une raison physique, d’autres pour suivre d’autres choix professionnels, ou encore d’autres parce que l’entraînement ne leur plaisait plus. »

– Alain Jérôme (2h30) : « Je crois savoir que lorsqu’on est venu vous chercher, vous étiez pilote d’essai sur le X-15, vous n’étiez pas convaincu par le projet Apollo. Vous considériez que l’espace était quelque chose d’assez nébuleux. Est-ce exact ? »

– Neil Armstrong : « C‘est partiellement vrai. Je m’intéressais aux vols spatiaux avant Spoutnik, avec la NACA – l’organisme qui a précédé la NASA – qui faisait de la recherche aéronautique.  Nous travaillions aux vols à haute altitude et très haute vitesse – ce n’était pas populaire à l’époque – et nous pensions qu’un véhicule ailé serait plus approprié qu’une fusée pour conquérir l’espace. Et finalement les fusées et leurs formes ballistiques se sont développées et ont fait leur preuves beaucoup plus rapidement, avec d’excellents résultats. Mais avec la navette spatiale le projet de véhicule ailé revoit le jour et peut-être que ce sera la base de l’avenir. Alors que peut-être que ma toute première hypothèse était bonne. »

– Alain Jérôme (montrant une maquette du Space lab destiné à la navette spatiale) : « Justement que pensez-vous de ce projet ? »

– Neil Armstrong : « J’ai été très intéressé par ce projet, dont la mise au point s’effectue admirablement. Tout dépend évidemment de la disponibilité de la navette, dont la mise au point – vous le savez – fait l’objet de certains problèmes. Elle était censée voler cette année, mais ce ne sera peut-être que l’année prochaine selon la vitesse à laquelle on pourra résoudre ces problèmes techniques, qui ne sont néanmoins pas insurmontables : il s’agit de problème d’ingénierie, de problèmes techniques. Nous avons de très grands espoirs dans Space Lab, qui intéresse beaucoup la France et l’Europe. » (il détaille la maquette de Space Lab). « Le laboratoire spatial a été créé en même temps que la navette dont il occupe l’espace de cargaison. L’équipage pourra au cours du vol, faire fonctionner les innombrables appareils de de Space Lab, durant toute la durée de la mission de la navette. Space Lab est un pas important, un progrès dans de nombreux domaines : d’abord c’est le premier vol en coopération avec les européens. Ensuite, cela offre des avantages économiques à tous les pays européens car leurs investissements sont moindres (en raison de l’existence de la navette). »

– Alain Jérôme : « On retrouve cette notion dont vous parliez tout à l’heure de supra-nationalité et d’association mondiale et universelle ».

– Standard téléphonique (2h36) : « Je tiens à m’adresser aux téléspectateurs pour leur dire que nous sommes vraiment débordés par les fiches [plan de caméra sur un tas de papier puis sur Armstrong souriant largement] et qu’il n’est plus nécessaire de nous téléphoner parce que nous n’arriverons plus à lire toutes ces fiches. Elles sont vraiment innombrables ce soir ». Certains téléspectateurs indiquent qu’il est tout à fait naturel que vos compagnons et vous ayez la vedette, mais il convient quand même de rendre un hommage à tous ceux qui sur Terre ont travaillé sur le programme. »

– Alain Jérôme (se tournant vers Neil Armstrong) : « …Oui, vous l’avez dit tout à l’heure, d’ailleurs très modestement, que vous n’aviez pas à être distingués particulièrement des autres membres de l’équipe qui à l’arrière ont pensé, réfléchi, puis aidé pendant tout le vol. Des membres qui ont joué un rôle particulièrement important, pardonnez moi mais peut-être plus important que le vôtre. »

– Neil Armstrong : « Oui, je suis tout à fait d’accord avec vous pour dire que c’est leur tâche qui était la plus importante. Même si j’ai eu la plus passionnante à faire, mais c’est grâce à eux que tout à pu se faire. C’était extraordinaire que de travailler avec des gens si dévoués à leur tâche. Ils ont fait preuve d’un ingéniosité, d’une créativité extraordinaire à chaque instant, et ne comptaient pas leur heures de travail : à 17h00 personne ne rentrait chez soi. Ils restaient encore plusieurs heures pour achever leur travail, parfois des nuits entières. Quelle que soit la tâche, chacun y mettait du sien et le faisait de bon cœur,  ceci pour des centaines de milliers de personnes. Et c’est pour cela que le projet a marché. C’était extraordinaire de travailler dans une telle ambiance et avec une telle équipe. »

– Alain Jérôme : « Quelle importance de Wernher von Braun ? »

– Neil Armstrong : « Von Braun a joué un rôle très important. C’était un très grand technicien, un organisateur et un meneur d’hommes. Il était capable d’encourager et motiver les gens. Saturn V n’aurait pu voir le jour sans Von Braun et son équipe. C’était un très grand homme.

– Standard téléphonique : « Certains téléspectateurs demandent si en cas d’accident les astronautes avaient quelque chose pour se supprimer, comme des capsules de cyanure ».

– Neil Armstrong : « Non. Il fallait être positif. Nous n’avions même pas envisagé cela une seconde. De toutes manières, ce ne sont pas les moyens qui manquaient : on pouvait dépressuriser la cabine et c’était tout aussi efficace. Mais je peux vous garantir que cela ne nous est jamais venus à l’esprit. Nous avions le sentiment que cela allait réussir et si une question se posait il s’agissait de la résoudre. Le cyanure n’était pas la solution. »

– Standard téléphonique : « Certains demandent si les Soviétiques avaient une fusée prête à aller vous chercher si vous aviez des ennuis »

– Neil Armstrong : « Je ne suis pas au courant de cela. Il est vrai que [durant la mission] Apollo 11 les soviétiques avaient envoyé une sonde Luna, qui devait alunir un peu avant nous, mais cet engin n’aurait pu nous venir en aide. »

– Alain Jérôme : « Par contre la sonde Luna a été lancé par les soviétiques sans en informer la NASA au début, ce qui a créé une  inquiétude sur une collision possible avec Apollo. Puis une coopération s’est installée pour éviter tout problème. »

– Neil Armstrong : « C’est tout à fait exact. »

– Standard téléphonique : « On nous demande quelle a été la réaction de Mme Armstrong quand M. Armstrong lui a dit qu’il partait le lendemain sur la Lune »

– Neil Armstrong (sourire) : « J’ai eu la chance d’avoir une famille qui soutenait mon action et mon intérêt pour la mission. Ma femme m’a épousé alors que j’étais pilote d’essai, par conséquent elle savait à quoi s’en tenir et connaissait la nature de mes activités dès le début. Elle a accepté ça d’emblée lors de notre mariage. Je crois pouvoir dire qu’elle était tout aussi enthousiaste que moi concernant la chance que j’avais de participer au projet Apollo. »

– Standard téléphonique : « La quarantaine au retour était-elle absolument nécessaire ? »

– Neil Armstrong : « Rétrospectivement, on peut conclure que la quarantaine nécessaire. On l’a faite pour les trois premiers vols avant de constater que nous ne rapportions pas de germes pathogènes qui pourraient nuire à la vie sur Terre. Cela dit cette quarantaine devait être mise en place et appliquée, même si le risque était infime, pour protéger la population terrestre contre une maladie qui aurait pu être catastrophique. Elle a d’ailleurs été utile aussi en ce qui nous concerne : la population était très enthousiaste à notre égard, comme ce soir et tous ceux qui ont eu la gentillesse de m’inviter à dîner (sourire). Nous étions assaillis d’invitations du même genre et cela nous a donné le temps de retrouver nos esprits, et de faire la chose qui était la plus importante : transmettre toutes les informations à l’équipage du vol suivant. Nous devions leur dire tout ce que nous savions et qui pourrait être utile pour leur propre vol. Donc cette période de quarantaine a finalement été très utile. »

– Standard téléphonique  (2h45) : « De très, très nombreux témoignages d’amitié pour M. Armstrong, et pour la visite qu’il a bien voulu faire en France et sa participation à cette émission. Il [y aurait] encore des centaines de questions [à poser avant de] terminer cette émission, mais nos avons choisi celle-ci : Que ressentez-vous M. Armstrong lorsque vous regardez la Lune depuis votre maison, depuis la Terre ? »

– Neil Armstrong : « Effectivement, je regarde la Lune, mais je vois quelque chose de différent par rapport à ce que je voyais il y a 20 ans. Je vois un globe, un endroit où je suis allé, où j’ai vu, où je reconnaitrait des paysages, où il s’est passé des choses. La Lune m’est devenu quelque chose de très personnel, mais elle a gardé toute sa magie et son romantisme.
Il est dommage que nous soyons obligés d’en rester là avec un si grand nombre de question restées sans réponse, mais je voudrais M. Jérôme saisir cette occasion pour remercier les téléspectateurs pour toutes les choses gentilles qui ont été dites à mon égard. Je suis toujours très heureux de venir en France. J’en garde au fil des ans des souvenirs très chaleureux. Je me souviens de la manière dont nous avons été reçus, ma femme, moi-même et mes coéquipiers, lorsque nous sommes venus tout de suite en France après Apollo 11. Je suis absolument ravi d’être de nouveau ici et de retrouver [les français] grâce à vous. »

– Alain Jérôme : « Et bien M. Armstrong, puisque c’est l’heure des remerciements, sachez que les nôtres sont également très sincères. Je crois pouvoir m’adresser à vous en tant que représentant des téléspectateurs, Guy Darbois [au standard téléphonique] nous l’a dit, j’aimerai également vous remercier au nom de la chaine, Antenne 2, et toute l’équipe des dossiers de l’écran, d’être venu ici ce soir dans cette salle que vous aurez marqué de votre présence puisque nous sommes ce soir au Palais de la découverte dans la salle qui est dite « De la Lune », d’ailleurs ce globe y a été fabriqué il y a fort longtemps, on ne savait pas que vous viendriez un jour. Et je crois que vous avez très réellement honoré notre émission, honoré les français ce soir en permettant de commémorer ce que vous avez bien voulu définir comme un évènement, pas seulement américain mais universel, comme un évènement mondial, pour toute l’humanité. Ce rêve que tout homme a peut-être porté dans son cœur, celui de marcher sur la Lune, vous, vous l’avez réalisé et vous nous avez permis, nous, français, de dialoguer avec vous, de revivre ces instants par le film et par votre voix, et je voudrais que vous en soyez très sincèrement remercié et que votre séjour en France soit le plus heureux possible. Bonsoir et merci pour votre prestation, c’était très difficile à faire et vous l’avez fait avec beaucoup de brio. »

– Neil Armstrong : « Merci beaucoup. Pour moi c’était une grande joie. Merci. »


Neil Armstrong et Alain Jérôme (extrait de l’émission « Les dossiers de l’écran »)

 

Notes :
– Cette vidéo est accessible sur le site de l’INA (accès payant),
– Retranscription, captures d’écran étalonnées et débruitées : Godefroy Troude.


Cet article fait partie d’une série consacrée à Apollo 11 :
1) La course à l’espace
2) Les préalables Mercury et Gemini
3) 1952-1962 : Les différents projets lunaires
4) 1963-1966 : Les constructions
5) 1966 : Le projet d’alunissage en images
6) 1967-1969 Les vols de qualification
– 7) 1969 : La mission Apollo 11 en photos (en cours)
8) Le journal de bord lunaire
9) Interview de Neil Armstrong
Apollo 11 : un discours déjà très moderne sur l’environnement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *