BD « Dans la combi de Thomas Pesquet » de Marion Montaigne

Marion Montaigne croque avec malice et talent l’aventure spatiale de Thomas Pesquet, depuis la sélection draconienne et l’entrainement au long cours jusqu’au retour après 6 mois passés à bord de l’ISS. Moins passionnée par le sujet spatial que certains de mes proches, je me suis lancée un peu tardivement dans la lecture de ce roman graphique, mais une fois commencé je ne l’ai plus lâché : un récit plein d’humour et de malice, et très instructif qui plus est ! Je vous le conseille vivement 🙂
Nathalie

Livre « Plus haut que la mer » de Francesca Melandri

Ayant adoré le 3e livre de Francesca Melandri « Tous, sauf moi » , commenté dans ce blog, je m’étais promis de lire les 2 premiers ouvrages de la même auteure. Il évoque la rencontre de deux personnages ayant en commun d’avoir un parent -son mari pour Luisa, son fils pour Paolo- incarcéré dans une prison de haute sécurité  située dans une île loin de tout, et qui vont s’y retrouver retenus pendant une nuit, où nous découvrirons petit à petit leur histoire et la façon dont ils vivent cette situation.  « Plus haut que la mer » n’a pas la même ambition historique et romanesque que « Tous sauf moi », mais c’est une très touchante et sobre histoire de rencontre et d’un possible amour sur fond de monde carcéral. L’île est un personnage à part entière, avec ses odeurs, sa géographie, ses habitants très particuliers. L’écriture est très fluide et sensible, j’ai beaucoup aimé. A bientôt donc pour le 3e livre « Eva dort » qui est le premier de l’auteure.

Nathalie

Livre « Les Feux de l’automne » Irène Némirovsky

Dans le cadre du club littéraire de ma librairie préférée, j’ai dû choisir un livre sur la période de l’entre-deux guerres. Ayant lu et apprécié « le bal » et « suite française » d’Irène Némirovsky, je me suis plongée dans « les feux de l’automne » malgré le titre un peu mièvre… et en ne pouvant oublier qu’en 1942, un an après avoir écrit ce livre -paru de façon posthume-, l’auteure allait mourir en camp d’extermination. 

L’histoire commence avant la guerre dans la petite bourgeoisie parisienne, et se prolonge jusqu’au milieu de la 2e guerre mondiale. On y suit les vies de plusieurs personnages : ceux qui ont compris comment profiter pleinement des affaires éventuellement louches et de la vie facile de la période, ceux qui restent modestement dans leur condition, et le personnage le plus intéressant, Bernard, qui oscille entre les deux destins possibles, marqué à vie après avoir vécu l’abjection de la première guerre dans les tranchées.

Je reste un peu sur ma faim sur la description de la période elle-même -beaucoup d’éclipses où on retrouve les personnages quelques années plus tard-, et pas très convaincue par le personnage féminin principal, extrêmement passif, alors que je garde le souvenir de davantage d’esprit et d’originalité dans les écrits pré-cités. 

Nathalie

 

Livre « Le dernier amour d’Attila Kiss » de Julia Kerninon

« Attila Kiss, cinquantenaire hongrois en bout de course, tombe amoureux d’une jeune Viennoise riche et cultivée. Tout les sépare : la classe sociale, l’Histoire de l’Empire austro-hongrois, l’ancien mur entre l’Est et l’Ouest. »

J’ai été intriguée et me suis laissée entrainer par l’ histoire d’amour, écrite sans fioritures, de ces deux personnages aux antipodes l’un de l’autre, et le fait que le héros ne puisse s’empêcher de faire porter à l’être aimé le poids de sa nationalité, sa condition sociale et de l’histoire.

par Nathalie

Livre « J’ai couru vers le Nil » de Alaa El Aswany

Je recommande très vivement le passionnant et édifiant nouveau livre de Alaa El Aswany « J’ai couru vers le Nil » , dont j’avais beaucoup apprécié « l’immeuble Yacoubian ». Ce nouveau livre évoque la révolution égyptienne de 2011 vue par plusieurs protagonistes de tous bords, traduisant l’idéalisme de jeunes prêts à tout sacrifier mais aussi le cynisme glaçant des pouvoirs militaires, religieux et médiatiques pour détruire le mouvement et ses participants. En plus de ses qualités littéraires qui font qu’on ne veut plus lâcher le livre une fois commencé, je ne peux qu’être admirative du courage de l’auteur :  son livre est censuré en Egypte et il est poursuivi par le Tribunal Militaire depuis le 14 mars. Il vit aujourd’hui à New York et a saisi le Rapporteur spécial sur la promotion et la protection de la liberté d’expression de l’ONU.

Nathalie

Livre « Tous, sauf moi » de Francesca Melandri, 2019

« Attilio Profeti, quatre-vingt-treize ans, est officiellement père de trois fils, et d’une fille, Ilaria, qui découvre un matin sur son pallier un jeune éthiopien se disant être son neveu, et le petit-fils d’Attilio. » 

Je conseille très chaudement « Tous, sauf moi » de Francesca Mélandri, roman magistral un peu exigeant mais à l’écriture d’une grande finesse, qui évoque, autour des révélations progressives sur le passé d’un personnage trouble, père de l’héroïne, l’Italie mussolinienne, la colonisation  en Ethiopie, les magouilles berlusconniennes et l’histoire récente avec les migrants. J’ai adoré et me réjouis à la perspective de lire les 2 précédents livres de cette auteure.

par Nathalie

« Brexit Romance » de Clémentine Beauvais

Ce roman d’ado, salué également par la presse adulte, a été offert à ma fille de 13 ans pour Noël. Elle l’a dévoré comme jamais, c’est devenu son livre préféré. Cela m’a donné envie de le lire ! L’histoire : une jeune fille extravertie  ne se résignant pas au Brexit monte une start up officieuse pour faire des mariages blancs entre jeunes britanniques voulant conserver un passeport européen -et toutes les perpectives d’ouverture et de rencontre qu’il procure- et jeunes européens voulant tenter leur chance quelques années à Londres. Evidemment les sentiments s’en mèlent et cela crée des situations détonnantes et improbables au sein de son entourage hétéroclite, sur fond d’utilisation intensive des réseaux sociaux. Bien sympa à lire, dans un style très « 2.0 » !

Nathalie

« Vers la sobriété heureuse » de Pierre Rabhi

Ce livre de 2010 va plus loin que les récits et interviews de Pierre Rabhi que j’avais pu voir et entendre jusqu’ici et m’a donné à réfléchir sur moi-même et la société dans laquelle nous vivons. Avec beaucoup de douceur et de poésie dans la formulation, et en partant de ses propres expérience et sensibilité, il se livre à une critique implacable du système capitaliste et consumériste dans lequel nous vivons, dont il dénonce la toute-puissance de la finance « hors sol » et les ressorts de la création d’envies artificielles qui nous emmènent à notre perte. Il évoque l’importance d’une éducation connectée à la nature et non basée sur la compétition, car comme il le dit il ne suffit pas  de se demander « quelle planète laisserons-nous à nos enfants ? »;  mais aussi « quels enfants laisserons-nous à notre planète? ».

Nathalie

« Jacob, Jacob » de Valérie Zenatti

Un livre plein de sensibilité, de délicatesse et d’énergie retraçant la vie d’un jeune homme rêveur et musicien au sein de sa famille juive très modeste vivant à Constantine en Algérie, enrôlé à l’armée en 1944 pour le débarquement de Provence, et dont cette guerre lointaine va modifier à jamais le destin.
Ce livre paru en 2014 a reçu notamment le prix du livre Inter 2015.

Nathalie

« Les cahiers d’Esther, Histoire de mes 11 ans » de Riad Sattouf

On reconnait bien le style de l’auteur de « l’arabe du futur », qui chronique la vie quotidienne d’une pré-adolescente de 11 ans à Paris de nos jours. C’est la fille d’amis à lui, qui lui raconte les copains, la famille, les disputes et réconciliations, les grandes et petites questions qu’elle se pose sur la société et sur sa vie… Ambiance un peu plus trash que celle que nous fait percevoir notre propre fille de 11 ans dans son école publique, qui a néanmoins bien apprécié le livre.

Nathalie