Gilets jaunes : réunion caméra cachée au ministère


(photo extraite de la vidéo d’Eric Drouet)

Le 27 novembre 2018, Priscillia  Ludosky et Éric Drouet, deux délégués des Gilets jaunes ont rencontré François de Rugy, Ministre de la Transition écologique et solidaire, dans les locaux du ministère. La réunion a été rapportée par la Presse (ici par Le Parisien). Étaient également présents Brune Poirson, Emmanuelle Wargon, ainsi que deux personnes du ministère que je n’ai pu identifier.

La réunion a été filmée par les Gilets jaunes en caméra cachée à l’insu des membres du ministère et diffusée sur Internet, intégralement accessible ici. Je suis particulièrement choqué par la méthode (je m’en explique à la fin de l’article).

Je vous recommande néanmoins de regarder cette vidéo, très instructive car elle aborde tous les sujets plus profondément – et calmement – que sur des plateaux télévisés ou au Parlement. Si vous n’avez pas 1h15 à lui consacrer, je vous recommande de lire la retranscription ci-dessous des extraits qui m’ont le plus intéressé. Je donnerai des conclusions personnelles également en fin d’article.

Quelques remarques préalables :
– Pour faciliter la lecture, j’ai coloré les propos du ministère de l’environnement en couleur verte, et les propos des Gilets jaunes en orange (le jaune était illisible à l’écran).
– Les échanges étaient parfois inaudibles, soit parce que plusieurs personnes parlaient en même temps, soit parce que la captation était mauvaise (frottement de vêtements sur le micro).
– Je me suis efforcé de transcrire le plus fidèlement possible les échanges, mais à l’oral certaines tournures deviennent incompréhensibles une fois écrites, sans le ton employé. Aussi j’ai mis ici et là des repères de minutage si vous souhaitez vérifier la transcription.
– Beaucoup de choses se sont passées depuis le 27 novembre, mais cela reste d’actualité (cet article vient tard car il m’a fallu plusieurs longues soirées pour retranscrire les échanges).

 

(0h09)
– François De Rugy : Vous êtes peut-être trop jeune pour l’avoir vécu mais il y a 10 ans le prix du pétrole était plus de deux fois cher qu’aujourd’hui…
– Priscillia Ludosky : Oui mais…
– François De Rugy : A l’époque on parlait d’ailleurs du litre de carburant à 2 euros…
– Priscillia Ludosky : Mais pourquoi vous ne créez pas de nouveaux carburants, je ne comprends pas !
– François De Rugy : Je ne sais pas ce que vous entendez par des nouveaux carburants… Mais les carburants issus du monde agricole sont plus chers…
– Priscillia Ludosky : Mais ils sont plus chers à terme parce que ça fait augmenter les prix dans l’agroalimentaire, parce qu’on prend massivement sur…
– François De Rugy : Non, c’est parce que leur coût de production est plus élevé que le coût de production du pétrole.
– Priscillia Ludosky : (?)
– François De Rugy : Ah mais je peux vous l’assurer, c’est parce qu’ils sont fortement détaxés…
– Priscillia Ludosky : Ben j’aimerai bien le voir.*
– François De Rugy : L’éthanol que vous pouvez utiliser – il y a à peu près 1000 station services qui distribuent de l’éthanol, un produit 100% d’origine agricole – il est moins taxé que l’essence et le gasoil et c’est pour ca qu’il est moins cher, sinon s’il était taxé autant il serait beaucoup plus cher. Bon, l’électricité, je ne sais pas pourquoi il y a une fixation de certaines personnes contre la voiture électrique. D’abord cette histoire que la voiture électrique pollue plus que la voiture diesel ou essence sur toute sa durée de vie : c’est faux…
– Éric Drouet : Sur le territoire français on le sait qu’elle va pas polluer parce que du coup les batteries sont pas fabriquées en France mais en terme de pollution elle-même…
– François De Rugy : La voiture électrique, en production, en effet c’est pas neutre, il y a utilisation d’énergie, il y a des métaux, etc, c’est équivalent à une voiture à essence…
– Priscillia Ludosky : Oui donc c’est pas moins polluant c’est ce que je vous dit ! *
– François De Rugy : Mais si, car après quand c’est utilisé, durant toute sa durée de vie d’utilisation là en revanche c’est moins polluant !
– Priscillia Ludosky : Mais sur le territoire français c’est ce que je disais, la pollution est délocalisée tout simplement. *
– François De Rugy : Ah mais non, non, non, non ! Et puis la voiture électrique, la Zoé, elle est fabriquée en France. La batterie est fabriquée en Corée du sud…
– Éric Drouet : Oui mais l’extraction des métaux pour la fabrication…
– Priscillia Ludosky : Ce que je veux dire c’est que la solution…
– François De Rugy : Oui mais le bilan global c’est que la voiture électrique pollue moins, surtout quand c’est en France où l’on a de l’électricité qui est produite avec très peu d’émissions de CO2 contrairement à d’autres pays. Donc c’est un double avantage pour la pollution de l’air et le climat, mais aussi pour le budget car à l’usage la voiture électrique coûte beaucoup moins cher ! Le carburant électrique coûte moins cher que le carburant essence ou gasoil ou éthanol ou autre.
– Priscillia Ludosky : Pour moi, mettre tout vos espoirs dans la voiture électrique c’est pas censé. Quand vous parlez des carburants à base de Brédiléthane (?) enfin Ethanol, vous avez d’autres solutions…
– Éric Drouet : On a vu les algues, on a vu…
– Priscillia Ludosky : Oui, les micro algues, il y a beaucoup de choses.
– François De Rugy : Mais c’est beaucoup plus cher ! C’est beaucoup plus cher pour l’instant. Et l’hydrogène c’est pareil. Il y a beaucoup de gens qui rêvent de l’hydrogène mais cela coûte BEAUCOUP plus cher. C’est hors de portée. Des voitures à hydrogène ça coûte 70 à 80 000 euros.
– Priscillia Ludosky : Vous avez des projets ?
– François De Rugy : Mais bien sûr ! On passe notre temps à faire ça !
– Bruno Poirson : On les soutient, on leur donne de l’argent, on les subventionne.
– Priscillia Ludosky : Et pourquoi on ne les voit pas sur le marché ? *
– Brune Poirson : Mais parce que ça met du temps, ce sont des technologies qui ne sont pas encore mures.
– François De Rugy : et c’est encore trop cher !
– Emmanuelle Wargon : c’est ce qui a été annoncé ce matin : on a annoncé qu’on soutenait la filière à Hydrogène, les biocarburants…
– Priscillia Ludosky : Mais ça en est où tout ca, parce qu’on ne voit pas d’horizon !
– François De Rugy : [Le bioéthanol] y’a 1000 stations services sur 5000 qui en distribuent, donc ce n’est pas quelque chose qui est…
– Priscillia Ludosky : Non mais en dehors du bioéthanol qui est déjà sur le territoire ?
– Emmanuelle Wargon : l’Hydrogène on s’est donné un objectif à 5 ans…
– François De Rugy : Mais l’hydrogène ça sera jamais adapté pour la voiture, ça nécessite des bonbonnes… C’est une question physique ! C’est des bonbonnes qui doivent être résistantes à la pression de l’hydrogène qui font que ca coûte extrêmement cher à l’échelle d’une voiture. Ce sera peut être valable pour des trains : aujourd’hui il y a un train qui circule en Allemagne avec Alsthom qui fonctionne à l’hydrogène – et qui est quand même plus cher que le train diesel – mais…
– Priscillia Ludosky : Mais vous pourriez, vous, faire un recensement de ces projets-là ?
– François De Rugy : Ah oui, on est prêt à vous le transmettre.

(0h16)
– François De Rugy : C’est pour ça que nous on n’a pas attendu la crise de la hausse des prix et des gilets jaunes, on a voulu qu’il y ait la prime pour l’achat de véhicules d’occasion. D’ailleurs Ça marche bien puisqu’on a plus de 250 000 personnes qui ont demandé a en bénéficier pour changer de voiture et aux trois quarts ce sont des gens qui achètent une voiture d’occasion (…) et à 70% non imposables, donc ce ne sont pas les gens les plus aisés qui ont bénéficié de la prime. A l’époque c’était 2000 euros, et on a décidé de l’augmenter pour ceux qui sont avec des petits revenus et qui font beaucoup de kilomètres. Et bien ces personnes-là ont acheté une voiture d’occasion pour la plupart.

(0h17)
– François De Rugy : il faut vraiment que les gens aient les informations, et les informations justes. J’ai une voisine chez moi à Nantes, une personne âgée qui est à la retraite, qui m’a dit « J’ai envisagé de changer de voiture mais j’ai vu dans une émission de télévision que la voiture électrique ce n’était pas bien ». A un moment donné il faut s’en remettre à des choses qui sont objectives : une voiture électrique pollue moins qu’une voiture essence ou diesel, et que surtout ça coûte moins cher à l’usage !
– Éric Drouet : Nous c’est pas les rapports qu’on a. On a reçu des rapports de PSA qui nous expliquaient que par rapport aux fabrications de batterie et tout ça et c’est pas du tout ce qu’ils nous disent.
– François De Rugy : S’ils font une contre publicité là ça va pas…
– Brune Poirson : Ben, ils n’ont pas de voiture électrique suffisamment prête, et du coup…

(0h20)
– François De Rugy : dans les ports français, à partir de 2020, les bateaux fonctionnant au Fuel lourd ne pourront plus entrer. On va progressivement passer au gaz naturel, ils changent le moteur sinon le bateau va à la casse. Pour les avions on travaille sur une taxation à l’échelle européenne pour que ce soit efficace. Parce que si on le fait que chez nous et que dans le pays d’à côté ils ne payent pas de taxe, ça va juste plomber nos compagnies, c’est tout ce que ça fera. Easy jet, Ryan air et tout ça, ils s’arrangeront pour aller prendre le carburant dans le pays d’à côté. Mais vous savez pour quelqu’un qui fait Brest-Nice en avion, parce qu’en train ou en voiture c’est quand même un peu coton, et il bien il paye 54% de taxes sur son billet ! Ça revient à peu près à l’histoire du carburant. Comme le kérosène était peu taxé on a fait payer aux compagnies aériennes une taxe d’aéroport.
(0h21mn Gros bug son + image figée)
– François De Rugy : un vol Paris/New York c’est quasiment l’équivalent d’une année de voiture pour un français moyen. Là on pourrait avoir une taxe. Les règles internationales ne le permettent pas mais nous on est tout à fait prêts à se battre pour ça. Et avec Brune Poirson qui est là on a déjà mené des négociations européennes pour intégrer ça, et la question des poids lourds, c’est pas simple car les sociétés de poids lourd n’ont pas tellement envie qu’on rajoute des normes et des choses. Mais nous on dit il faut intégrer les poids lourds dans les normes de consommation comme on le fait dans les autres véhicules. Les bus également.
– Priscillia Ludosky : Mais en tant qu’automobiliste… Là vous dites que vous avez un petit peu du mal avec les poids lourds, un peu du mal avec le secteur aérien, le secteur maritime il y a quelque chose qui est en place…
– François De Rugy : On le fait pas pour les agriculteurs et les pêcheurs, leur carburant n’est pas taxé. Mais à un moment donné, si on le faisait, les agriculteurs qui sont un peu à la limite pour être compétitifs en Europe seraient en difficulté.
– Priscillia Ludosky : Mais le souci c’est qu’en tant que citoyen automobiliste, quand on voit que tous ces acteurs qui contribuent à la pollution, et qu’on dit oui mais quand on pollue on paye, nous en tant qu’automobiliste on se dit non tout le monde ne paye pas quand il pollue. Et tous ceux que vous citez ce sont des métiers ou des industries, or ce qu’on voit de l’extérieur c’est que ce sont des industries et les métiers qui sont favorisés à chaque fois et qu’on paye les pots cassés car on n’a pas réussi à grapiller sur l’aérien, sur le maritime, sur le routier, donc on prend sur qui ? Sur les automobilistes !
– François De Rugy : Ben 54% de taxes sur un billet d’avion on a quand même bien réussi à grapiller !

(0h25)
– François De Rugy : Vous savez, avant d’être ministre j’étais président de l’assemblée nationale (on a fait une réforme…) cela équivaut à une baisse de la pension de retraite de 37% en nous alignant sur le régime général. Je me rends compte qu’il y a plein de gens qui ne le savent pas. Il y a même des syndicalistes de la SNCF ou d’autres qui me disaient « Oui, ben avant de s’attaquer aux retraites il vaudrait mieux s’attaquer à celles des deputés ». Ben je leur ait dit « C’est déjà fait ! ». Voilà. Après est-ce qu’il faut le (répéter) indéfiniment, après il y a un débat…
– Priscillia Ludosky : Après vous savez il y a des moyens de communication, on est sur Facebook, on est sur Internet, s’il y avait un site qui permettait de vérifier certaines choses qui ont été faites… Alors peut-être qu’il y en a un ?
– François De Rugy : Ah oui, ça il y a le site de l’Assemblée qui n’est pas parfait mais qui existe, on a aussi des pages Facebook, etc. La question c’est est-ce que les gens trouvent que de toutes façons un député sera toujours trop payé s’il n’est pas payé qu’au SMIC ou ce genre de choses. Et on peut dire de même en entreprise : un cadre doit être payé comme un ouvrier. Un médecin comme une infirmière et ainsi de suite. C’est un débat de société. […] Il y a quelques années, les gens l’ont complètement oublié d’ailleurs, quand François Hollande était président, il a baissé l’indemnité du président de 30%, et de tous les ministres de 30%…

(0h52)
– Brune Poirson : vous savez, dans tous les États du monde, les ressources financières principales, c’est les carburants et la TVA. Cela coûte très cher de payer les écoles. J’ai habité aux États-Unis : ils payent un peu moins de taxes que nous. Pas énormément moins, mais ils en payent un peu moins que nous. Et vous savez le coût de l’école ?
– Priscillia Ludosky : Ah oui…
– Éric Drouet : Et la santé aussi…
– Brune Poirson : c’est 20 000 euros. Et pour la santé il y a des gens qui meurent chez eux seuls car ils ne peuvent pas se payer une ambulance. Tout ça en France c’est la beauté de notre système. Après, bien sûr qu’il peut être modifié – vous avez raison – sur plein de points, mais…
– François De Rugy : C’est bien que ce point de vue s’exprime, qu’il y ait des endroits, des moment (où l’on puisse échanger) et puis après le mouvement fera ce qu’il voudra. On a des citoyens qui sont mobilisés, qui décideront s’ils ont envie d’aller au delà. Et d’ailleurs si un jour ils se confrontent aux élections, je le dis tranquillement, ils verront que ce n’est pas facile de convaincre les gens.
– Priscillia Ludosky : Ah ben oui, certainement…
– François De Rugy : C’est plus facile de se rassembler contre quelque chose qu’ensuite se rassembler pour. Et quand on veut se rassembler pour on se rend compte qu’on est beaucoup moins nombreux car il y a plutôt des gens qui ont tel avis, plutôt tels autres qui…
– Priscillia Ludosky : Ah oui, on le voit là depuis tous les jours, ça se voit.
– François De Rugy : C’est la vie, c’est humain. C’est pour ça que – moi je fais de la politique depuis un certain temps – que la question de dire qu’il faudrait des élus, des citoyens, mais qui ne seraient pas des politiques… À partir du moment où des citoyens s’engagent ils deviennent des politiques.

(0h56)
– François De Rugy : On a fait cette réunion au pied (levé)… donc moi je vous remercie vraiment d’avoir accepté ça. Et sur la suite des débats qu’on pourrait organiser, c’est pareil, on vous donnera l’information. Si vous voulez qu’on en reparle sur la façon de le faire… parce que dans le fond c’est un peu le principe des assemblées citoyennes d’ailleurs. Est-ce que les citoyens peuvent être tirés au sort…

(0h59)
– Éric Drouet : Concrètement il va se passer quoi pour la suite ?
– François De Rugy : […] il y a une petite augmentation qui est prévue au mois de janvier sur les carburants. D’ailleurs c’est parfois un peu le problème car nous c’est transparent, on dit les choses. Quand l’Arabie Saoudite, le Qatar, la Russie, l’Algérie, décident de produire plus ou moins de pétrole et que ça fait baisser ou monter les prix, ils n’en débattent pas avant avec les citoyens. Ils le font dans la poursuite de leurs intérêts. Quand Trump décide de prendre des sanctions contre l’Iran qui est un producteur de pétrole, ben ça risque de faire monter les prix, parce que c’est à cause de ça au départ que les prix ont monté, ben évidemment il nous demande pas notre avis avant. Donc nous on fait les choses de façon transparente : sur les carburants on ne s’en cache pas, c’est 3 centimes sur l’essence et 6,5 centimes sur le diesel. C’est ça qui est prévu en janvier, sauf s’il y avait une forte hausse des prix du pétrole […] mais là il est un peu à la baisse pour l’instant. Ça se voit dans les stations services, on est revenu à des prix de 1,45 euros ou 1,50 euros le litre. Ce qu’on cherche ce sont des mesures d’accompagnement plus efficaces, auprès des besoins que vous avez mentionnés d’ailleurs. Il n’y aura pas une solution (unique) : ça ne sera pas transports en commun pour tout le monde, ou covoiturage pour tout le monde, ou le changement de voiture pour tout le monde. Un ensemble de mesures en mettant de l’argent pour permettre de les développer, mais sans que ce soient des sommes folles sinon si ça fini par coûter plus cher que ce que rapportent les taxes c’est sûr qu’on (y arrivera pas). Mais nous ce qui nous importe ce n’est pas de faire rentrer à toute force de l’argent dans les caisses de l’État à travers les carburants ou autres. C’est de conduire cette transformation sur l’énergie (décarbonnée).
– Éric Drouet : Ca, les gens ne le voient pas comme ça. C’est ça le problème.
– François De Rugy : Je peux vous dire que dans les pays où le pétrole est très bas, beaucoup moins taxé, notamment les États-Unis où le prix des carburant est très bas, et bien les gens ne font absolument pas attention, le modèle américain est catastrophique.
– Éric Drouet : Mais il faut bien se rendre compte qu’en France, même si le carburant baissait même concrètement les gens n’iraient pas s’amuser à aller rouler plus tout ça parce que l’essence est moins chère. Les gens veulent juste récupérer de l’économie et du pouvoir d’achat.
– François De Rugy : ça non, c’est quand même parce que les prix du pétrole ont augmenté ces dernières années, soit à cause des taxes soit à cause du marché, que les gens cherchent à avoir des voitures qui consomment moins.

– Eric Drouet : Nous, ce qu’on peut vous proposer c’est qu’une fois qu’on a formé cette délégation avec ces représentants de chaque département ou de chaque région, c’est notre objectif prochain, on tient vraiment à le faire, c’est de nous rencontrer et de voir à peu près le ressenti de chacun… C’est surtout ces personnes-là qu’il va falloir convaincre… Je pense que l’état d’urgence il est vraiment là, les gens comptent vraiment avoir un rendez-vous pour chaque samedi si ça continue, les gens ne s’arrêteront pas après un samedi, deux samedis, trois samedis… Ça va devenir…
– Priscillia Ludosky : C’est certain.
– Eric Drouet : […] s’il n’y avait pas [eu] ce début de mouvements de gilets jaunes on ne serait pas ici aujourd’hui.
– François De Rugy : Oui, mais des pétitions pour interpeler le gouvernement et votre député – qui votent justement les taxes, les impôts, le budget – je ne sais pas si vous avez essayé de rencontrer vos députés dans vos secteurs, mais ils vous auraient reçus, enfin, le lien se serait fait. C’est quand même ça normalement une démocratie avec des députés par rapport à la politique nationale. Et au niveau local c’est le maire avec le conseil municipal. C’est quand même ça qui permet de faire le lien entre le citoyen et le pouvoir politique national.
– Priscillia Ludosky : Non, ce n’est pas une démarche que j’ai entreprise. Je suis passée directement par la pétition [et] je l’ai adressée directement au gouvernement. J’ai cru naïvement qu’à partir d’un certain seuil, même si ce n’était pas le ministère qui me contactait mais un député…

(Retranscription Godefroy Troude)

 

 


 

Réflexions personnelles :

Avec ce blog, je souhaite contribuer à diffuser des faits, non des opinions, et faire en sorte que circulent moins de rumeurs non constructives. On ne peut pas bâtir quelque chose sur des erreurs. Et le temps nous est compté.

Je livre néanmoins ci-dessous quelques réflexions personnelles.

1) Caméra cachée, un manque de respect.

Cet enregistrement pirate me choque d’abord pour le manque de respect vis à vis de leurs interlocuteurs. La confiance est nécessaire pour une négociation. On ne peut rien bâtir en commençant une négociation par un mensonge et une dissimulation.
Cette façon d’agir révèle aussi pour moi un état d’esprit regrettable. Je pense que ces gilets jaunes ne ressentent pas de honte à filmer en caméra cachée et s’estiment même probablement dans leur droit, convaincus que l’État leur ment et ses ministres également. Cela ressort dans leurs propos (j’ai mis des « * » étoiles derrière certaines phrases typiques). Cela semble pour eux de la légitime défense.
S’ils souhaitaient garder des traces pour analyser ultérieurement la réunion en privé avec un spécialiste, dans ce cas on prend tout simplement des notes avec un stylo sur du papier. A la rigueur, ils pouvaient faire un enregistrement audio pour l’effacer après analyse, sans le publier. Mais ce n’a pas été le cas. D’ailleurs j’évoque un « spécialiste », mais les sites Wikipedia et de l’Ademe.
Enfin, puisque le ministère va avoir connaissance de cette vidéo en caméra cachée, ils sabordent d’office toute perspective de relation de confiance en vue de négociations ultérieures.
En conclusion, il me semble qu’ils ne sont pas là pour négocier, pas pour construire quelque chose, même pas pour écouter, mais uniquement pour chercher à ouvrir les yeux d’un ministre menteur qui ignorerait ce qui se passe en dehors de ses murs, pour protester, voire pour menacer comme vers la fin de l’entretien où ils indiquent que les manifestations vont continuer chaque samedi plus fort.

2) Un échange étonnamment courtois du ministère.

Je m’attendais à voir des gilets jaunes traités par les représentants de l’État avec condescendance et agressivité, ne leur donnant pas la parole. Ce n’était pas du tout le cas. Cette vidéo montre un ministère tout à fait respectueux et aucunement méprisant, au contraire ils expliquent calmement les faits. D’autant plus sincère qu’ils ignoraient qu’ils étaient filmés.
Inversement, je me demande si ces gilets jaunes auraient été si respectueux s’ils n’avaient pas filmé la rencontre.

3) Difficile d’avancer si on prend les experts pour des menteurs.

Les questions de ces gilets jaunes révèlent des incompréhensions sur les lois de la physique, le fonctionnement de la politique, le fonctionnement de l’économie… En soit, c’est normal, ils ne sont pas experts dans ces sujets. Mais ce qui est choquant c’est qu’en considérant que leurs interlocuteurs du ministère mentent, on ne peut pas avancer. Ils ne semblent pas chercher à comprendre ce que leur explique le ministère.
Ces gilets jaunes demandent au ministère pourquoi il ne crée pas de nouveaux carburants, s’ils font des études pour trouver des solutions, pourquoi les entreprises qu’on subventionne n’ont pas déjà proposé des inventions révolutionnaires qui résoudraient tout. Je trouve que devant ces questions parfois aussi ingénues que méprisantes les représentants du ministère répondent particulièrement calmement, et encore une fois en ignorant qu’ils sont filmés. Et pour ces gilets jaunes, se sachant précisément filmés, ils auraient pu venir avec des questions d’experts constructives, au lieu de laisser une impression d’amateurisme.

En conclusion, je trouve que cet enregistrement dessert doublement ces deux représentants des gilets jaunes : par la méthode qui est inacceptable, et parce que aussi bien sur le fond que sur la forme le ministre et ses représentants se comportent de façon exemplaire.

« Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée ; car chacun pense en être si bien pourvu, que ceux même qui sont les plus difficiles à contenter en toute autre chose n’ont point coutume d’en désirer plus qu’ils en ont. » (Descartes, discours de la méthode, 1637)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *