« Neutralité carbone » : certains médias ne comprennent pas ce qu’ils écrivent

Libération, Le Figaro… des contresens inquiétants (montage Godefroy Troude)

Plusieurs médias majeurs font un énorme contresens sur l’annonce du gouvernement limitant les rejets de gaz à effet de serre :

1) D’abord il ne comprennent pas ce qu’ils écrivent en disant que l’objectif « Neutralité carbone » est un recul par rapport au précédent objectif de « diviser par quatre » les émissions de gaz à effet de serre. Au contraire, la « Neutralité carbone » est une avancée car c’est les diviser par six à sept ! (voir l’article du Monde et celui détaillé de Carbone4)

2) Ensuite  la « Neutralité carbone » n’est pas un scoop : Nicolas Hulot l’avait annoncé il y a un an et demi, le 6 juillet 2017, dans le Plan Climat (à relire sur le site du ministère de la transitition énergétique et solidaire). Et à l’époque, ces médias n’avaient pas critiqué Nicolas Hulot.

3) Enfin, plusieurs de ces sites ne semblent pas se relire, écrivant aujourd’hui l’inverse de ce qu’ils écrivaient à l’été 2017 !

Analyse détaillée, site par site : Libération, 20 minutes, Huffington Post, Le Figaro, Nouvel Obs, Mediapart, Le Point, France Télévision et France Inter.

 

Libération : « Le gouvernement renonce à diviser par quatre les émissions de gaz à effet de serre de la France »

Extrait : « Dans son projet de loi énergie, que « Libération » s’est procuré, l’exécutif prévoit de remplacer la division par quatre des émissions de GES entre 1990 et 2050 par un objectif de neutralité carbone. Ce qui change tout. […] Car en abandonnant le « facteur 4 » […] plus besoin de baisser drastiquement les émissions de GES du pays, donc sa consommation d’énergie. […] Bonne nouvelle pour les énergivores. »(Coralie Schaub, le 07/02/2019). L’article complet est à lire ici.

Cette information est totalement erronée. D’abord, comme je l’écrivais en introduction, on va passer d’une réduction d’un facteur 4 à un facteur 6 ou 7. Ensuite Libération, ignore ce qu’il écrivait dans son propre journal le 7 juillet 2017, il y a moins de deux ans : « Le Premier ministre a aussi fixé l’horizon 2050 pour arriver à une « neutralité carbone » […]. Ce nouvel objectif constitue un rehaussement de l’ambition qui jusqu’ici était de diviser par quatre les émissions françaises entre 1990 et 2050″. L’article complet est à lire ici. J’ai écrit au journaliste pour lui faire part de ces problèmes.


Le Figaro : « Projet de loi énergie: le gouvernement recule sur les objectifs climatiques »

Extrait : « la France s’apprête à opérer un nouveau recul sur le plan climatique […] supprimer discrètement le code de l’énergie en sacrifiant un des objectifs majeurs de la politique énergétique et climatique de la France: la réduction par quatre des émissions de gaz à effet de serre du pays d’ici à 2050 […] la formule « diviser par quatre les émissions de gaz à effet de serre entre 1990 et 2050 » sera remplacée, dans la nouvelle formulation, par « atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050 ». Et cela change tout. » (Yohan Blavignat le 08/02/2019). L’article complet est à lire ici.

Cette information est totalement erronée. D’abord c’est un engagement au contraire beaucoup plus important, comme je l’écrivais pour Libération ci-dessus. Ensuite écrire « supprimer discrètement » est absurde puisque le gouvernement avait annoncé cette suppression dans la feuille de route Plan Climat un an et demi auparavant, annonce que Le Figaro avait même relayé dans ses propres colonnes. Enfin Le Figaro écrit aujourd’hui l’inverse de ce qu’il écrivait le 26/06/2017 avant la sortie du Plan Climat : « Nicolas Hulot souhaite que la France vise « la neutralité carbone à l’horizon 2050 » au nom de la lutte contre le réchauffement, objectif plus ambitieux que celui actuellement retenu par le pays ». L’article complet est à lire ici. Accessoirement je trouve savoureux que Le Figaro copie sur Libération… J’ai écrit au journaliste pour lui faire part de ces problèmes.

 

Le Point : « Gaz à effets de serre : la curieuse hésitation gouvernementale »

Extrait : « L’objectif était inscrit dans la loi depuis des années ; le gouvernement entend pourtant revenir dessus, selon plusieurs journaux qui, comme Libération, se sont procuré le projet de loi sur l’énergie bientôt discuté au Parlement. La France ne s’engagerait plus à réduire par quatre ses émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2050, mais à parvenir à cette date à la « neutralité carbone » – ce qui est différent puisque cette neutralité peut être atteinte en compensant les émissions ou en stockant ces gaz » (Michel Revol, le 09/02/2019). L’article complet est à lire ici.

Même problème. Et ici également Le Point ignore ce qu’ils écrivaient dans leur propre journal le 6 juillet 2017 : « Le Premier ministre a aussi fixé l’horizon 2050 pour arriver à une « neutralité carbone », c’est-à-dire pour que le niveau des émissions de gaz à effet de serre ne soit pas plus élevé que les émissions capturées (par les forêts ou d’autres procédés de captage à définir). Ce nouvel objectif constitue un rehaussement de l’ambition qui jusqu’ici était de diviser par quatre les émissions françaises entre 1990 et 2050, avec une baisse de 40 % en 2030. « C’est la première fois que la France s’engage aussi clairement sur un objectif de neutralité carbone en 2050 », a relevé le WWF France« . L’article complet est à lire ici. J’ai écrit à la rédaction pour leur faire part du problème.

 

Nouvel Obs : « Climat : l’exécutif français vit-il sur la même planète que nous ? »

« La France réduit officiellement ses ambitions en matière de lutte contre le réchauffement, ignorant grossièrement une colère que l’on sent partout monter. » (Arnaud Gonzague, le 08/02/2019). L’article complet est à lire ici, dans un style qui fait plutôt Réseaux sociaux qu’article de presse.

Le Nouvel Obs vit-il sur la même planète que nous ? Ici également le journal écrivait dans ses propres colonnes le 6 juillet 2017 : « Autre objectif de taille : la France devrait atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050, c’est à dire atteindre l’équilibre entre ce que les puits de carbones peuvent donner et les réductions qui auront été faites d’ici là. Dans ce cadre, Nicolas Hulot fait une annonce importante : la fin de la vente des voitures à essence et diesel d’ici 2040″. L’article complet est à lire ici. J’ai écrit à la rédaction pour leur faire part du problème.


Huffington Post : « La France renonce-t-elle à ses objectifs sur les émissions de gaz à effet de serre ? »

Extrait : « « Libération » a constaté l’apparition du terme de neutralité carbone dans la loi sur l’énergie, au détriment de l’objectif initial de réduction des émissions de gaz à effet de serre. » (La rédaction du HuffPost, le 07/02/2019). L’article complet est à lire ici.

Même problématique, sauf qu’ici la rédaction du Huffington Post – sentant peut-être qu’elle ne maîtrise pas le sujet – met un point d’interrogation prudent dans son titre. Elle indique tout aussi prudemment que « Libération a constaté l’apparition du terme de neutralité carbone« , donc que ce n’est pas elle qui l’a détecté. C’est cohérent avec les publications passées du Huffington Post : en relayant le Plan Climat en juillet 2017, le journal n’avait effectivement retranscrit sur son site qu’une petite partie concernant  l’extension du bonus écologique et l’arrêt des ventes de véhicules à moteur thermique en 2040, oubliant la « Neutralité carbone », qui pourtant était mentionnée en gros caractères à 7 reprises dans le document de 20 pages du Plan Climat (dont une page de garde plus deux pages vides de couverture). Au final, la rédaction recopie l’erreur de Libération sans analyser ses propres écrits. J’ai écrit à la rédaction pour leur faire part du problème.


20 minutes : « La France renonce-t-elle à ses objectifs sur les émissions de gaz à effet de serre ? »

Extrait : « En remplaçant l’objectif de diviser par quatre les émissions de gaz à effet de serre entre 1990 et 2050 par celui d’atteindre la « neutralité carbone » en 2050 dans le premier article du projet de loi, le gouvernement abandonnerait un engagement écologique fort pris par la France. Appelé communément « facteur 4 », cette promesse de réduire par quatre nos émissions de GES d’ici 2050 a été pris dès 2003 par la France devant la communauté internationale » (Fabrice Pouliquen, le 08/02/2019). L’article complet est à lire ici.

Même problématique que Huffington Post : au cas où ils n’auraient rien compris en recopiant Libération – ils mettent prudemment un point d’interrogation dans le titre de l’article. J’ai écrit à la rédaction pour leur faire part du problème.


Mediapart : Malgré l’urgence, le gouvernement brouille ses ambitions sur le climat.

« La dernière mouture du projet de loi « énergie » ne mentionne plus la division par quatre des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050. Pour déguiser ce recul, le gouvernement préfère à présent parler de « neutralité carbone », concept vague qui inquiète les ONG ». (Christophe Gueugneau, le 8/02/ 2019). L’article complet est à lire ici.

Toujours la même interprétation erronée. Mediapart cite bien que le « recul » est l’opinion d’ONG, mais reprend à son compte l’information dès le titre et l’introduction de son article. Je n’ai pas trouvé sur la période de juillet 2017 et la sortie du Plan Climat d’article de la rédaction de Mediapart sur le sujet et ne peut comparer avec leur position antérieure. Néanmoins, deux articles publiés dans le « Club Mediapart » (donc hors rédaction) abordaient la neutralité carbone comme une avancée, à lire ici avec Jean Jouzel et également là.

 

France Télévision : La France revoit à la baisse ses objectifs de réduction de consommation d’énergie d’ici 2030.

« le gouvernement promet de faire mieux en 2050 avec la neutralité carbone. Mais c’est un concept encore un peu flou, et surtout de long terme. Après l’abandon de la baisse de la part du nucléaire, c’est un autre objectif de la loi de transition énergétique qui vient d’être rogné. » (la rédaction, le 8/02/2019). L’article complet est à lire ici.

Toujours la même interprétation erronée. Et ici également, amnésie totale de ce que cette même rédaction écrivait en juillet 2017 : « Le Premier ministre a fixé l’ambition d’arriver à la « neutralité carbone » d’ici 2050, c’est-à-dire pour que le niveau des émissions de gaz à effet de serre ne soit pas plus élevé que les émissions captées (forêts,…). Ce nouvel objectif est plus ambitieux que les projets initiaux qui visaient jusqu’ici à diviser par quatre les émissions françaises entre 1990 et 2050, avec une baisse de 40% en 2030″. L’article complet est à lire ici.

 

France Inter : « L’écologie et le macronisme… rendez-vous raté ! »

Extrait : « Le gouvernement, via le projet de loi énergie-climat, vient de réduire ses objectifs de baisse de consommation d’énergies fossiles. Dans la foulée des accords de Paris, la France avait prévu de diviser par 4 ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050. Finalement, comme on ne prend pas cette direction, l’objectif n’est plus que la neutralité  » (Thomas Legrand, le 08/02/2019). La chronique complète est à lire ici.

Même erreur que les autres, avec une de plus : la division par 4 a été inscrite dans la Loi en 2005 et non dans la foulée des accords de Paris signés en avril 2016… Ça me fait d’autant plus mal que j’apprécie habituellement Thomas Legrand. Je lui ai écrit également sur le site de France Inter pour lui faire part du problème.

 

En conclusion…

En tant que lecteur, sans sombrer dans le doute permanent et la suspicion, il est toujours bon d’avoir plusieurs sources, de creuser un peu les informations, et d’écrire aux journalistes quand ils se trompent manifestement. J’avais déjà abordé ce sujet dans deux précédents articles :
Le Parisien : une méconnaissance embarrassante de Wikipedia
La presse peut-elle relayer une information d’importance mondiale énoncée par le Président de la République ?

Le réchauffement climatique est un sujet majeur qui impose des restrictions d’émissions de gaz à effet de serre sans commune mesure avec ce que nous avons vécu depuis le début de la Révolution Industrielle, nécessitant des mutations sociales et industrielles extrêmement rapides, qui se doivent d’être comprises par les citoyens afin d’être acceptées et non subies. Une restriction de consommation subie, c’est la pauvreté. Nous avons besoin d’avancer tous dans le même sens dans une sobriété choisie et de répartir les efforts de la façon la plus équitable.

Il est regrettable que sur un sujet aussi fondamental les médias traditionnels (presse, radio, télévision) diffusent une information totalement erronée. Une part importante de la population se considère informée par les réseaux sociaux, et de telles erreurs ne peuvent que les renforcer dans leurs convictions (que je ne partage pas bien évidemment).

Note : le petit poisson qui accompagne chaque article, c’est Dorie , le poisson amnésique du film « Le monde de Némo ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *