Le Parisien : une méconnaissance embarrassante de Wikipedia


Article du journal Le Parisien (copie d’écran réalisée le 09/12/2018)
.

Le journal « Le Parisien » a publié un article qui m’a fait bondir : « On a retrouvé le créateur de la page Wikipédia des Gilets jaunes » avec en sous-titre « Ce retraité de l’Isère a voulu empêcher que la page soit créée par des auteurs trop engagés dans le mouvement […] Portraits croisés d’une page Wikipédia et de son auteur »

Cet article fait l’objet d’erreurs grossières résultant d’une méconnaissance des règles de base de Wikipédia.

1) D’abord aucune enquête n’est nécessaire pour « retrouver » l’auteur de l’article : chacun peut obtenir l’information en 2 clics ! Sur chaque page Wikipédia, en cliquant sur « Voir l’historique » puis « Auteurs et statistiques » on obtient le nom de l’auteur, ici il s’agit de Jean-Paul Corlin. Et si on veut lui écrire,  il suffit d’un 3ème clic sur « discuter » à côté du nom du contributeur.

2) Ensuite, écrire « son auteur » est également incorrect. La page « Auteurs et statistiques » (noter le pluriel à auteurS) indique qu’actuellement 254 autres personnes ont contribué à l’élaboration de la page. Donc certes « Jean-Paul Corlin » a initié la page et contribué à hauteur de 20% des modifications, mais c’est « Cheep » qui en a réalisé le plus (40%). La page présente des graphes en camembert très précis avec la liste de tous les contributeurs. Il n’y a qu’à lire.

3) Enfin, l’article laisse à penser que l’auteur a créé la page pour contrôler le sujet et empêcher qu’il soit dans les mains de personnes « trop engagées dans le mouvement ». Mais sur Wikipédia n’importe qui peut créer et modifier librement le contenu des pages.

Tout ceci montre une navrante méconnaissance de Wikipédia au sein du journal « Le Parisien ». D’abord, quand on fait du journalisme, qu’on travaille dans un journal ayant une telle audience, quand il y a tant de complotistes prêt à mal interpréter la moindre information pour qui la coïncidence n’existe pas, quand toutes les infos sont pré-mâchées, accessibles en 2 clics, et bien on creuse un peu plus ses sujets. Ensuite je suis également inquiet que la rédaction du Parisien ait laissé passer cet article publié il y a deux jours, car je ne peux imaginer qu’on puisse être un journaliste sérieux et ignorer le fonctionnement de base de Wikipedia.

L’article aurait plutôt dû être intitulé « Interview de l’initiateur de la page Wikipédia des Gilets jaunes » ou « Interview d’un contributeur majeur de la page Wikipédia des Gilets jaunes » et à minima reformuler le sous-titre. J’ai évidemment fait part de mes remarques aux journalistes, dont je publierai les réponses s’ils me recontactent [note du 27/01/2019 : je les ai relancé mais n’ai pas eu de réponse].

Néanmoins ceci n’enlève rien au contenu de l’interview que je vous encourage à lire sur le site Le Parisien en gardant en tête les réserves que j’ai indiqué précédemment.

Wikipedia est un outil remarquable. Lorsqu’il est apparu en 2001 je me souviens avoir dit qu’une encyclopédie contributive modifiable par tous ne pourrait se construire face au vandalisme, pas plus qu’un château de sable ne résiste à la marée. 17 ans plus tard, Wikipédia est devenu un espace globalement plus fiable que le reste d’Internet, titres de presse mis à part, et sa rigueur éditoriale dépasse souvent à mes yeux celle de la presse nationale. C’est enfin un espace démocratique raisonné et rationnel, et la page des Gilets jaunes en est un bel exemple, où des contributeurs d’opinions différentes se rejoignent sur des faits sourcés. Je vous encourage également à jeter un œil sur la page de discussion de la page des Gilets jaunes où les différents contributeurs échangent entre eux en cas de désaccord.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *