1918-2018 : Centenaire de l’armistice de la Première guerre mondiale

Angela Merkel et Emmanuel Macron, Rethondes le 10 novembre (photo Philippe Wojazer/Reuters)

Dimanche 11 novembre, les belligérants de la Première guerre mondiale ont fêté le 100ème anniversaire de l’armistice de 1918. Sous l’Arc de Triomphe, Emmanuel Macron recevait 70 chefs d’États. Dans le monde, d’autres festivités ont également eu lieu.

Dans cet article :

1) Au delà du 11 novembre, l’amitié franco-allemande
2) Célébration du centenaire du 11 novembre 1918 en France
3) Célébration du centenaire du 11 novembre 1918 dans le Monde
4) Références et informations complémentaires

1) Au delà du 11 novembre, l’amitié franco allemande


1962 : le Chancelier Adenauer et Charles de Gaulle à Reims (photo AFP)

Dix-huit ans après la fin de la seconde guerre mondiale, dans le contexte tendu de la guerre froide, réchauffement des relations entre la France et l’Allemagne : le Chancelier Konrad Adenauer (dirigeant l’Allemagne de l’Ouest) et Charles de Gaulle (alors Président de la République Française), font en septembre 1962 une tournée en France et en Allemagne lançant l’amitié franco-allemande avec le Traité de l’Élysée.

 

1976? : Helmut Schmidt et Valéry Giscard d’Estaing (photo AP)

Dans la seconde moitié des années 1970, l’amitié réciproque du Chancelier fédéral allemand Helmut Schmidt et du Président Valéry Giscard d’Estaing sera à l’origine de la création du Conseil européen et du Système monétaire européen dont sortiront l’Union monétaire et la monnaie unique européenne L’Euro.

 


1984 : François Mitterrand et Helmut Kohl à Douaumont (photo Marcel Mochet/AFP)

En 1984, le Président François Mitterrand et le Chancelier Helmut Kohl se recueillent devant l’ossuaire de Douaumont, près de Verdun, en hommage aux soldats des deux armées tombés près de 70 ans plus tôt. D’un geste spontané, François Mitterrand et Helmut Kohl se prennent la main le temps de l’hymne national français. Un moment bouleversant. Ce geste simple, d’une profonde intensité devenait historique car symbolisant l’achèvement de la réconciliation franco-allemande après trois guerres effroyables en moins d’un siècle.

« Le geste de Verdun » (institut François Mitterrand)
Le photographe Marcel Mochel raconte la poignée de main Kohl-Mitterrand (Ouest-France)
François Mitterrand et Helmut Kohl, retour sur un geste historique (Le Parisien)

 


2018 : Angela Merkel et Emmanuel Macron à Rethondes (photo Reuters)


2018 : Angela Merkel et Emmanuel Macron à Rethondes (photo Reuters)

2018 : Angela Merkel et Emmanuel Macron à Rethondes (photo Philippe Wojazer/Reuters)

Cette photo d’Angela Merkel et d’Emmanuel Macron souligne une fraternité de plus en plus affirmée entre la France et l’Allemagne. C’était la première fois qu’un dirigeant allemand venait officiellement à Rethondes, sur les lieux de la signature de l’armistice de 1918.

2) Célébration du centenaire du 11 novembre 1918 en France

 


Les chefs d’État sur les Champs-Élysées (photo Blondet Eliot- SIPA)

Etaient présents, entre autres :
– Angela Merkel (Chancelière Allemande),
– Antonio Guterres (Secrétaire général de l’ONU),
– Jean-Claude Juncker (Président de la Commission européenne)
– Donald Trump (Président des Etats-Unis),
– Vladimir Poutine (Président de la Russie),
– Justin Trudeau (Premier ministre canadien),
– le prince Albert de Monaco,
– Alain Berset (Président de la confédération de Suisse),
– Felipe VI (Roi d’Espagne),
– Dalia Grybauskaite (Présidente lituanienne)
– Lars Lokke Rasmussen (Premier ministre danois)
– Raimonds Vējonis (Président de la République de Lettonie)
– Dalia Grybauskaitè (Président de la République de Lituanie),
– Erna Solberg (Premier ministre de Norvège),
– Petro Porochenko (Président de l’Ukraine)
– Benyamin Netanyahou (Premier ministre d’Israël),
– Recep Tayyip Erdogan (Président de la République de Turquie),
– Saad Hariri (Président du Conseil des ministres du Liban),
– Beji Caid Essebsi (Président de la République tunisienne)
– Muhammadu Buhari (Président du Nigeria),
– Denis Sassou Nguesso (Président du Congo),
– Mohammed VI (Roi du Maroc),
– Moulay Hassan (Prince marocain),
– Uhuru Kenyatta (Président du Kenya),
– Macky Sall (Président du Sénégal),
– Roch Marc Christian Kaboré (Président du Burkina Faso)
– Carlos Alvarado (Président du Costa Rica),
mais également :
– Edouard Philippe (Premier ministre),
– Jean-Yves Le Drian (Ministre des affaires étrangères),
– Laurent Fabius (Président du Conseil Constitutionnel),
– Gérard Larcher (Président du Sénat).

Note : je suis très surpris d’avoir eu beaucoup de difficultés à établir la liste des participants ci-dessus, à partir d’une trentaine d’articles dans des médias divres et de photos de participants, aucune information n’étant disponible sur le site de l’Elysée ou le site des commémorations. Aujourd’hui Wikipedia est le seul à publier une liste, et de plus une liste exhaustive et à jour (Wikipedia est ici plus fiable et surtout rigoureux que les médias dans leur ensemble, ce que j’ai pu observer déjà également à de nombreuses reprises, mais c’est un autre sujet…).

 


Discours d’Emmanuel Macron (photo Ludovic Marin-AP-SIPA)

Après d’émouvantes lettres de soldats de différentes nationalités, lues par de jeunes lycéens également de différentes nationalités, puis des œuvres de Bach et Ravel, Emmanuel Macron a fait un discours que j’ai trouvé réussi sur la mémoire du conflit mais également la construction européenne.


Discours d’Emmanuel Macron (photo extraite du direct France 2)

En voici quelques extraits  :

« Durant ces quatre années, l’Europe manqua de se suicider […] 10 millions de morts. 6 millions de blessés et mutilés. 3 millions de veuves. 6 millions d’orphelins. Des millions de victimes civiles. 1 milliard d’obus tirés sur le seul sol de France. […] Souvenons-nous ! N’oublions pas ! Car le souvenir de ces sacrifices nous exhorte à être dignes de ceux qui sont morts pour nous, pour que nous puissions vivre libres ! […] »

« Dès 1918, nos prédécesseurs ont tenté de bâtir la paix, ils ont imaginé les premières coopérations internationales, ils ont démantelé les empires, reconnu nombre de nations et redessiné les frontières ; ils ont même rêvé alors d’une Europe politique. Mais l’humiliation, l’esprit de revanche, la crise économique et morale ont nourri la montée des nationalismes et des totalitarismes. La guerre de nouveau, vingt ans plus tard, est venue ravager les chemins de la paix. […] »

« [Un monde où] la parole des hommes doit parler plus fort que le fracas des armes, où l’esprit de conciliation l’emporte sur la tentation du cynisme, où des instances et des forums permettent aux ennemis d’hier d’engager le dialogue et d’en faire le ciment de l’entente, le gage d’une harmonie enfin possible. Cela s’appelle, sur notre continent, l’amitié forgée entre l’Allemagne et la France et cette volonté de bâtir un socle d’ambitions communes. Cela s’appelle l’Union européenne, une union librement consentie, jamais vue dans l’histoire, et nous délivrant de nos guerres civiles. Cela s’appelle l’Organisation des Nations unies, garante d’un esprit de coopération pour défendre les biens communs d’un monde dont le destin est indissolublement lié et qui a tiré les leçons des échecs douloureux de la Société des nations comme du traité de Versailles. […] »

« Nous tous ici, dirigeants politiques, nous devons, en ce 11 novembre 2018, réaffirmer devant nos peuples notre véritable, notre immense responsabilité, celle de transmettre à nos enfants le monde dont les générations d’avant ont rêvé. Additionnons nos espoirs au lieu d’opposer nos peurs ! Ensemble, nous pouvons conjurer ces menaces que sont le spectre du réchauffement climatique, la pauvreté, la faim, la maladie, les inégalités, l’ignorance. Nous avons engagé ce combat et nous pouvons le gagner : poursuivons-le, car la victoire est possible ! »

L’intégralité du discours est accessible sur le site du Monde.


Discours d’Emmanuel Macron (photo extraite du direct France 2)

 

Puis, l’orchestre de l’Union Européenne, dirigé par un chef d’orchestre russe, ont interprété le Bolero de Ravel.


Le Bolero de Ravel devant les chefs d’État (photo direct France 2)


A la dernière minute, l’orchestre debout pour le crescendo final (photo direct France 2)


L’assistance achève l’écoute debout également (photo direct France 2)

Je n’ai jamais été aussi ému par le Bolero de Ravel. Son lent crescendo était propice à cette célébration du centenaire, au recueillement autour de la flamme du soldat inconnu sous l’arc de Triomphe. Et lorsque, dans la dernière minute de l’œuvre, l’orchestre s’est soudain levé pour jouer debout la dernière minute, l’ensemble des chefs d’État et invités se sont levés également pour écouter cette dernière minute, ce qui a encore augmenté son intensité.

 


Forum sur la Paix (photo Yoan Valat – AFP)

Lancement du « Forum sur la Paix« , à vocation annuelle, au Parc de la Villette de Paris, ou 12 pays ont signé un pacte sur l’information et la démocratie, en l’absence remarquée de Donald Trump. Emmanuel Macron appelle à ce que cet événement soit le « symbole éclatant d’une paix durable entre les nations », et non pas « la photographie d’un dernier moment d’unité, avant que le monde ne sombre dans un nouveau désordre ».

 


Mur commémoratifs au Père-Lachaise (photo Guillaume Bontemps)

A 17h00, au Cimetière du Père-Lachaise de Paris était inauguré un monument dédié aux 94.415 morts parisiens de la Première Guerre mondiale, sur le mur d’enceinte du cimetière.

 

Le soir, place de l’Hôtel de Ville de Paris, 94.415 fleurs bleues, blanches et rouges sont plantées, en hommage aux 94.415 parisiens morts au combat la Première guerre mondiale.

D’autres belles photos sur le site de 20 minutes.

3) Célébration du centenaire du 11 novembre 1918 dans le Monde

 

    
Bleuet et coquelicot « Poppy » commémoratifs (photos Wikipedia et Lars Hagberg-Canadian Press)

Emmanuel Macron et les officiels français portaient un bleuet à leur boutonnière, symbole de la mémoire des anciens combattants. Les pays anglo-saxons portent le coquelicot (Poppy en anglais), qui a la même signification.


Londres : le premier ministre Theresa May, Jeremy Corbyn, John Major (photo Reuters)

Londres : la Reine Elizabeth II, les Duchesses de Cornouailles et de Cambridge (photo Tolga Akmen AFP-Getty)


Londres : un flot de coquelicots à la Tour de Londres, en 2014 (NealHumphris)


Munich : coquelicots (2014?) (photo Maesam)

Australie : coquelicots sur l’Opéra de Sydney (photo David Gray – Reuters)


Kansas City : illuminations (photo Reuters)

New York : parade (photo abc7NY)

New York : parade (photo AP)

New York : parade (photo AP)

Hong Kong (photo AFP – Getty)

 

4) Références et informations complémentaires

Sources :
Le site officiel du centenaire de l’Armistice de la Première guerre mondiale
Article du journal Le Parisien sur la journée de commémorations
Le forum de Paris sur la Paix

Une réponse sur “1918-2018 : Centenaire de l’armistice de la Première guerre mondiale”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *